«Femme des années 80…»

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 8599 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Charme et dynamisme réunis en une seule personne : Alice évoque assurément le modèle féminin du tube de Michel Sardou… sauf qu’Alice est née en 1981.
En une année, elle a été élue à la présidence de deux institutions reconnues : Femmes, chefs d’entreprise et, récemment, la Fédération française du bâtiment, pour le territoire Côte d’Opale. 

Réseelec, de père en fille. Pourtant rien ne prédestinait cette jolie trentenaire à ces fonctions d’importance…
En 1976, Aimé Gévaert crée Réseelec, société d’installation de réseaux électriques dans le secteur des travaux publics, implantée à Arques. Alice, enfant unique, suit des études de commerce et gestion. En 2006, elle rejoint son père pour six mois, le temps de mettre en place le système informatique : un traceur pour la DAO et l’informatique de gestion (comptabilité, paie…). En 2009, Aimé Gévaert arrête progressivement son activité et Alice décide de lui succéder.
Les 19 salariés (3 au BE, 1 administratif, 6 électriciens et 9 terrassiers), qui la connaissent, sont ravis. Ils craignaient que la société ne soit cédée à un grand groupe national avec les risques que cela comporte. . «C’est pour eux que j’ai repris la boîte !», conclut-elle avec un large sourire. 

Un engagement associatif et professionnel fort. En 2009, invitée par AG2R à Dunkerque, elle découvre le cercle FCE et sa présidente, Eva Escandon. Lors d’une autre réunion FCE, elle est séduite par le parcours atypique de l’invitée, Natacha Bouchart, la maire de Calais. Elle comprend que l’audace est le moteur de l’action. Trois ans plus tard, Eva Escandon devient présidente nationale, Alice la remplace à la tête de FCE Côte d’Opale.
En juillet 2013, elle succède à Yves Lavogez à la tête de la FFB Côte d’Opale, un mandat de trois ans. Elle est aussi membre du CJD local et du club APM des Hauts de France.
Certains craignent que cette boulimie n’interfère sur son investissement dans l’entreprise. Elle devance et évacue cette objection : «Ma priorité, c’est Réseelec, mes collaborateurs et leurs familles.» Son slogan, elle l’assène à l’envi : «Il faut croire en soi et toujours travailler car rien n’est jamais acquis !» Mens sana in corpore sano !

 

 

ML

Alice Gévaert.