Mise au point de dispositifs pour pêcher de façon plus sélective

Le Comité régional des pêches pilote le programme SELECFISH

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 8591 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Progressivement, d’ici 2019 selon les espèces et les zones, les pêcheurs du Nord-Pas-de-Calais comme tous ceux de l’Union européenne vont être tenus de ramener à terre toutes leurs prises en mer. Leur Comité des pêches et les scientifiques n’ont pas attendu cette réglementation pour mettre au point des engins plus sélectifs, à l’image du programme SELECFISH qui teste des trains de pêche pour réduire les captures d’espèces de taille inférieure à celle autorisée, tout en minimisant l’impact sur les espèces à haute valeur commerciale. 

« Ce projet, soutenu par France filière pêche, l’Etat et la Région Nord-Pas-de-Calais, explique le président du CRPMEM, Olivier Leprêtre, a pour but de mettre au point des dispositifs sélectifs adaptés aux pêcheries mixtes chalutières françaises de la Manche et mer du Nord.» Après les essais en mars dernier au bassin d’essais de l’Ifremer à Boulogne-sur-Mer, quatre semaines de tests en mer ont pu être réalisées, entre avril et juin 2013 sur deux bateaux de la flottille étaploise (Sauveur du Monde et Saint Nicolas), tirés au sort et dédommagés.

«Nous avons testé, dans plusieurs des zones de pêche généralement fréquentées par ces bateaux, certaines innovations, raconte l’halieute Yohan Weiller. Concrètement, nous avons intégré dans la partie amont de la rallonge un cylindre en maillage carré (avec différents maillages et différentes longueurs). Au bout de trois semaines d’essais, comme les observations à bord ne montraient pas de différences importantes entre les captures provenant du chalut équipé du cylindre et celui témoin, les patrons ont proposé de tester un cylindre en maillage supérieur (et non inférieur comme c’était prévu initialement dans le projet avec le 60 mm). La quatrième semaine a ainsi permis de tester un cylindre en 115 mm jauge de 2 m de long.»

D.R.

Des essais en mer ont été menés sur les chalutiers étaplois Saint-Nicolas et Sauveur du Monde.

Pêcher mieux. Les observations à bord se sont concentrées sur les espèces les plus rejetées par ces flottilles (maquereau, merlan, hareng, plie, limande) et celles d’importance commerciale (cabillaud, rouget-barbet et encornet). «Les premiers résultats, estime Olivier Leprêtre, sont encourageants : autour de 20% de rejets en moins pour les cylindres en 80 mm, et même jusqu’à 35% avec le cylindre en 115 mm. Des pertes commerciales sont néanmoins à déplorer avec, respectivement, 6% et 20% de quantités débarquées en moins pour les cylindres en 80 mm et en 115 mm.»

Les analyses, espèce par espèce, sont en cours pour affiner ces résultats globaux. Elles permettront d’adapter les prochains dispositifs à tester lors des campagnes de septembre sur deux autres chalutiers étaplois, le Mapauem et le Sacré Cœur de Jésus : une grille associée à une fenêtre à maille carrée, ou une grille ajoutée à un cylindre à maille carrée. Pas pour pêcher davantage, mais pour pêcher mieux, en préservant la ressource halieutique !