Traitement et valorisation des déchets

Le groupe Vanheede inaugure un nouveau centre de tri en France

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 8597 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

ACT'Presse

Lors de l’inauguration du site, Stéphane Beaurains directeur du site de Billy-Berclau, Daniel Delcroix, président du Siziaf, Nicolas Bays député de la 12e circonscription, et David Vanheede président du groupe éponyme.

Vanheede, le spécialiste belge du recyclage, est implanté en France depuis plus de vingt ans. L’entreprise qui s’est d’abord développée depuis la métropole lilloise vient d’ouvrir un nouveau centre logistique et de traitement sur la zone du Siziaf de Douvrin/ Billy-Berclau. «Vanheede est un groupe familial. Historiquement, nous sommes présents en France sur la métropole lilloise, à Marquette-Lez-Lille, explique Stéphane Beaurains, directeur France du groupe. L’ouverture de nos nouveaux locaux répond à un accroissement d’activité.»
A Billy-Berclau, le groupe a ouvert un nouveau centre de tri répondant aux dernières normes en vigueur et se voulant être un exemple en la matière. «Notre nouvel ensemble est construit selon les normes HQE. Il est une vitrine technologique et permet de prouver que le déchet n’a pas toujours une connotation sale.» Parfaitement intégré dans le paysage, le nouveau site est construit en bois et béton, un soin particulier a été apporté au niveau de l’architecture.  
La politique du groupe Vanheede consiste à dire qu’il est toujours plus intéressant de valoriser le déchet plutôt que de l’enfouir. L’entreprise valorise ainsi des déchets dangereux ou non en leur donnant une seconde vie ou en les transformant en énergie. «Nous avons mis en place des contrôles des déchets entrants et avons mis en place une traçabilité des déchets dangereux», poursuit le directeur du site.

En développement. Depuis plus de dix ans, le groupe belge réfléchit au développement de son activité en France. La nouvelle implantation de Billy-Berclau a obtenu une autorisation pour une capacité de traitement de 150 000 tonnes. «Pour le moment, notre volume de traitement est de l’ordre de 1 000 tonnes par semaine. Le nouveau site a nécessité l’embauche de 13 salariés (trieurs, chauffeurs, etc.), ce qui porte à 44 le nombre de salariés du groupe en France», indique Stéphane Beaurains.
Les déchets retraités par le groupe belge proviennent de petites entreprises comme de grands groupes. Objectif clairement affiché par l’entreprise : faire en sorte que moins de 10% des matières entrantes ne soient pas valorisés.
«Nous avons pris possession de ce nouvel outil le 15 mai. Nous nous laissons six mois pour trouver un rythme de croisière et continuer à progresser», lance David Vanheede, présent lors de l’inauguration. L’entreprise se laisse également le temps de former son personnel.
Pour Vanheede, le fait d’avoir pu s’implanter sur la zone d’activité du Siziaf est primordial : la zone industrielle n’accepte que des activités répondant parfaitement à un cahier des charges strict.