«Territoire numérique durable» : une première nationale

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 8597 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Le numérique pénètre ou pénétrera rapidement de nombreux secteurs de la vie courante. Ses usages sont nombreux. Si les jeunes générations, rompues au maniement des nouveaux outils, s’adapteront sans problème à ce monde nouveau, pour les troisième et quatrième âges cette intrusion peut être inquiétante, voire traumatisante.

 Démocratie participative et vaste débat. Il faut donc expliquer et convaincre le citoyen lambda pour qu’il soit «partie prenante de l’action publique» selon la volonté de Myriam Cau, vice-présidente du Conseil régional. Il ne s’agit pas «d’investir dans des gadgets technologiques mais dans des services utiles pour la vie des gens et l’activité des entreprises». Pour cela, la population sera invitée à un débat très large. Auparavant, un groupe de travail d’une trentaine de volontaires sera constitué qui collectera et hiérarchisera les questionnements des habitants. Pour ce groupe, trois réunions sont proposées à Arques (15 octobre), Lumbres (5 novembre) et Herbelles (26 novembre) à partir de 18 h. Le 15 novembre, le forum se tiendra à la salle des fêtes de Fauquembergues.

 Quels domaines ? quel calendrier ? La domotique est un bel exemple des avantages (vitaux, parfois) que procure le numérique, notamment aux personnes âgées. Le e-commerce également. La liste est longue des activités quotidiennes impactées par cette révolution numérique : la santé, le tourisme, l’alimentation, le chauffage, les déplacements…. La résorption des zones d’ombre de l’Internet assure l’égalité entre les ruraux et les urbains.

De ces débats devrait sortir une feuille de route qui sera remise aux élus des cinq intercommunalités qui analyseront les préconisations et délivreront une restitution en juin 2014. La Région considère que dans ce domaine comme dans bien d’autres, le Pays audomarois est pionnier et laboratoire (il s’agit en l’occurrence du premier débat public au niveau national) pour une application généralisée aux deux départements.

ML

Guillaume Boyaval, 1er vice-président de l’Agence d’urbanisme, et Myriam Cau signent la charte d’engagement réciproque entre le conseil régional Nord-Pas-de-Calais et l’AUD région de Saint-Omer.