Démographie dunkerquoise

Une attractivité démographique atone

Publié dans l'édition Nord N. 8596 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

CAPresse 2013

L’enquête démographique de l’INSEE.

 C’est un document concis et qui laisse circonspect : l’enquête de recensement 2013 de Vincent Bonjour, chef de projet à l’INSEE Nord-Pas-de-Calais, donne quelques données sur les 193 communes de moins de 10 000 habitants «recensées exhaustivement, représentatives de la région, les mêmes qu’en 2008». Ce à quoi s’ajoutent 80 communes de plus de 10 000 habitants. Le prisme s’est effectué grâce au répertoire des immeubles localisés, banque de données précieusement couplée à une base géographique. Les résultats ? France (millésime 2010) : 62 765 235 habitants ; Nord-Pas-de-Calais : 4 038 157 ; Nord : 2 576 770 ; Pas-de-Calais : 1 461 387. Troisième région de province, la région compte le Nord comme 1er département français et le Pas-de-Calais qui se place 7e. Le constant est simple : la population stagne : +0,1% l’an (environ 4 000 personnes) comparé au 0,6% de moyenne nationale, ou même aux régions «dynamiques» comme les Pays de Loire ou le Languedoc-Roussillon qui voient affluer plus de 30 000 nouveaux habitants par an. Les grandes communes de la région souffrent (très légèrement) de cette désaffection (-0,07%), tandis que les périphéries et les communes rurales engrangent quelques arrivées.

Le Dunkerquois en berne démographique. Au hit-parade, Lille (+15 000 habitants), Marcq-en-Barœul (+1 800), Valenciennes (+2 000), et même Hénin-Beaumont (+1 000) tirent la région par le haut. Les agglomérations perdantes ? En premier lieu Dunkerque (-6 000 habitants sur une population totale de 90 000), Calais (-3 700), Maubeuge (-2 500), Boulogne-sur-Mer (-1 800) et Liévin (-1 500). En dix ans, l’agglomération dunkerquoise est passée de 379 602 à 376 890 habitants. Pas de quoi tirer la sonnette d’alarme. Pourtant, dans le détail, la tendance est lourde : les villes importantes de l’agglomération suivent la même pente : Dunkerque (-6,1%), Coudekerque (22 474 habitants, -6,9%) et Grande-Synthe (20 991 habitants, -9,7%). Idem pour Gravelines (-7,3%), Cappelle-la-Grande (-5,1%) et Grand-Fort-Philippe (-10,5%).

 Les jeunes en région

Le Nord-Pas-de-Calais reste une région « jeune ». Près d’1 million d’habitants sur 4 en 2009 avait moins de 16 ans. Au premier rang des régions métropolitaines mais avec des effectifs en baisse de 8,4% depuis 1999, une part dans la population en recul de 1,8 point. Et les perspectives ne font pas sourire : «Dans une vingtaine d’années, la population des jeunes pourrait baisser de 5,3% alors que celle de la France métropolitaine connaîtrait une hausse de 2,8%.» La région aurait toujours un peu d’avance sur la moyenne nationale concernant le nombre de jeunes, mais la baisse de la population jeune serait plus prononcée sur le littoral.