"Atrébike" à Arras

46 vélos à la disposition des étudiants

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 8607 par

La création des «Atrébike» a émergé de la volonté du conseil municipal d’Arras de faciliter les déplacements dans la ville pour les étudiants : des vélos sont mis gratuitement à leur disposition pour circuler facilement et profiter des loisirs, des établissements culturels et sportifs d’Arras. Une convention évolutive. Depuis fin 2011, la Ville d’Arras met […]

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

La création des «Atrébike» a émergé de la volonté du conseil municipal d’Arras de faciliter les déplacements dans la ville pour les étudiants : des vélos sont mis gratuitement à leur disposition pour circuler facilement et profiter des loisirs, des établissements culturels et sportifs d’Arras.

Une convention évolutive. Depuis fin 2011, la Ville d’Arras met à la disposition des étudiants des vélos dans le cadre d’une convention de partenariat avec l’université d’Artois (30 vélos) et le Centre régional des œuvres universitaires et scolaires (10 vélos). En 2012, l’Université comptabilisait 150 prêts de vélos. Face à ce succès, la Ville d’Arras et ses partenaires ont souhaité développer ce dispositif en élargissant ce partenariat. Ainsi, trois vélos «Atrébike» seront mis à disposition de l’Ecole de la deuxième chance (E2C) et trois autres à l’Institut régional du travail (IRTS). C’est au total 46 vélos qui sont mis la disposition des étudiants arrageois. Nathalie Gheerbrant, conseillère municipale déléguée à la vie étudiante, elle-même adepte de la circulation en vélo dans la ville, était fière de remettre officiellement des vélos à l’E2C, l’IRTS et l’université d’Artois.

 

D.R.

A droite, Nathalie Gheerbrant, conseillère municipale déléguée à la vie étudiante, avec les trois lauréats du concours «Trouvons leur un nom».

Des vélos «Atrébike». La cérémonie de remise de vélos était couplée à une remise de lots aux lauréats du concours «Trouvons leur un nom» qui a permis l’émergence du nom « Atrébike »  (jeu de mots entre le territoire de l' »Atrébatie » et « bike », le vocable anglais de bicyclette) parmi 142 propositions. La gestion des vélos est assurée par les services généraux ou d’accueil des établissements en disposant, la Ville assurant l’entretien. Les premiers bilans sont très encourageants : en 2011, une trentaine d’étudiants différents, avec 25% d’utilisateurs pour une durée de deux jours ; en 2012, 52% des étudiants empruntent un vélo pour une durée de trois à cinq jours pour se rendre en ville ou à la gare.