EOL à Marcq-en-Baroeul

«Conseil, accompagnement, fidélité»

Publié dans l'édition Nord N. 8600 par

«D’une façon générale, le marché de l’investissement se sclérose sur la région. Le marché est plus complexe qu’il ne l’était, mais il vit, il ralentit, il est attentiste. Le temps de la transaction se rallonge, et ce d’autant plus que la surface est grande. L’économie est difficile, beaucoup plus qu’avant, on sent de grosses périodes […]

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

«D’une façon générale, le marché de l’investissement se sclérose sur la région. Le marché est plus complexe qu’il ne l’était, mais il vit, il ralentit, il est attentiste. Le temps de la transaction se rallonge, et ce d’autant plus que la surface est grande. L’économie est difficile, beaucoup plus qu’avant, on sent de grosses périodes de frilosité et cela met du temps à redémarrer. Heureusement, le dernier trimestre est souvent un bon trimestre…» Pour Sylvie Herbeau qui dirige l’agence lilloise du groupe EOL depuis 5 ans, «l’activité est plutôt stable par rapport à 2012 et j’espère à la hausse. Il y a encore beaucoup de dossiers en cours dont on ne sait pas sur quelle année ils passeront compte tenu du temps de transaction.» Certes, explique-t-elle, les utilisateurs dont l’activité se stabilise, motivés par les faibles taux d’intérêt, cherchent à investir en immobilier, mais ils se heurtent à une absence d’offre en rapport avec leurs besoins. «Cette pénurie de biens s’explique par un contexte fiscal peu favorable du fait de propriétaires qui renoncent à vendre leurs biens, compte tenu de la récente réforme sur les plus-values immobilières. De ce fait, le marché de l’offre et de la demande est partiellement, ou potentiellement, sclérosé. L’attentisme caractérise donc ce marché lié à un manque de visibilité des décideurs sur l’avenir.»

L’agence lilloise est spécialisée depuis sa création en 2004 dans l’immobilier logistique et les locaux d’activités auxquels s’est ajouté il y a 2 ans le département bureaux. «Ce sont deux activités très complémentaires qu’il faut travailler ensemble», analyse-t-elle en précisant que le marché  lillois est «plus concurrentiel» que dans les agences EOL de Nantes, Bordeaux et Marseille. «Nous sommes présents sur la Métropole et sur les extérieurs de Lille, assez peu à Boulogne-sur-Mer et Calais, mais davantage à Valenciennes, Arras, Lens, Béthune, Dunkerque. Plus on s’éloigne, plus on est sélectif, mais l’agence a capacité à intervenir sur l’ensemble du territoire régional. Si nous sommes un petit acteur à l’échelle régionale et, sur le bureau, encore peu présent, l’agence se fait connaître et attrape sa crédibilité.» Une crédibilité qui, toutes activités confondues, passe par «le conseil, l’accompagnement, la fidélité au client» et par une présence marquée sur Internet, plus que par des panneaux omniprésents.

D.R.

Sylvie Herbeau.