A Calais, la rénovation des quartiers Nord

De la volonté et du symbole

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 8607 par

A l’ombre de la statue du général de Gaulle inaugurée le 9 novembre dernier, la municipalité de Calais espère venir à bout des drames économiques qui secouent le territoire (SeaFrance, Calaire, le secteur de la dentelle, LKI…). La volonté seule suffira-t-elle ?

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

CAPresse 2013

Natacha Bouchart, sénatrice-maire de Calais, et l’artiste Elizabeth Cibot lors de l’inauguration de la statue du général de Gaulle et de son épouse, le 9 novembre dernier.

 

Calais poursuit ses ambitions de rénovation urbaine sur sa façade maritime et dans son cœur historique et commercial. Dernièrement, c’était une réunion publique dédiée à la requalification du front de mer. L’avant-projet se dessine autour de la reconstitution d’un écosystème autour des bassins, mêlant cordons dunaires et allées de circulation sur un site qui doit voir se réaliser un palais des congrès. Nouveau boulevard, nouveau parvis en front de mer, nouveau parking intégré dans le paysage, reconstruction de la digue Gaston-Berthe, installation de mobiliers urbains, création de passerelles au dessus des bassins… Ce vaste programme devrait démarrer fin 2014 ou début 2015. L’aire urbaine dite «Calais-Nord» a déjà bénéficié de travaux importants. Très commerçante, la rue Royale a été entièrement refaite tandis que la place d’Armes s’embellit de fontaines sèches et de jeux de lumière. Une halle doit s’installer sur la nouvelle place tandis que l’idée de parking a été fort heureusement écartée face aux problèmes de sols spongieux que celui-ci n’aurait pas manqué de rencontrer… Sur ce nouvel espace réhabilité trônent désormais les statues de Charles de Gaulle et d’Yvonne Vendroux, main dans la main : c’est la seule statue où l’illustre président est accompagné de son épouse. Plus de 200 personnes l’ont inaugurée le 9 novembre dernier, en présence de Natacha Bouchart, sénatrice-maire de la ville, et des représentants de la Fondation de Gaulle.

Du volontarisme économique en politique. Charles de Gaulle est venu en visite officielle à trois reprises à Calais. Pour la majorité municipale, aux rênes de la ville depuis 2008, l’inauguration de la statue du Général symbolise en quelque sorte le volontarisme politique qu’essaie d’incarner son maire UMP dans les dossiers économiques : présidente de l’agence de développement Calais promotion, Natacha Bouchart s’est placée en première ligne dans la résolution des problèmes de chômage que connaît le territoire (près de 20% de demandeurs d’emploi dans le Calaisis) : aménagement de la zone de la Turquerie pour des activités de logistique (avec DCB international qui n’a pas encore commencé ses travaux), récupération foncière à Calais-Nord (que le Conseil régional vient de lui céder) pour lancer les projets du front de mer, espoir d’implanter un gigantesque parc d’attractions dédié à l’espionnage (Spyland dont le tour de table financier s’enlise depuis un an)… Ces jours-ci, les édiles présentent leurs projets au salon de l’immobilier commercial à Cannes.