De l’autre côté de la frontière

Publié dans l'édition Nord N. 8606 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Les riches entreprises belges ne paient pas assez d’impôts

En Belgique, le taux d’imposition des 1 000 sociétés ayant fait les bénéfices les plus importants en 2012 se chiffre entre 4 et 6%. C’est ce que montre une étude du PTB parue dans les journaux du groupe Sudpresse. La taxe en question est théoriquement de 33,99%, soit l’une des plus hautes en Europe. Mais les grosses entreprises belges savent comment la faire baisser, par l’exonération des plus-values sur actions et via l’utilisation des intérêts notionnels.

 

Nos voisins dépenseront environ 500 euros pour les fêtes

Les Belges prévoient en moyenne 503 euros pour les fêtes de fin d’année, ce qui correspond à une légère hausse (+0,6%) par rapport à 2012. Les ménages sont plutôt prudents : ils donnent la priorité aux besoins primaires et veulent trouver des «cadeaux utiles et abordables», révèle l’enquête annuelle de Noël effectuée par Deloitte. Seuls 13% des consommateurs pensent que leur pouvoir d’achat a diminué en 2013 (30% l’estiment en augmentation).

 

La Belgique trop petite pour ses quatre grandes banques ?

A long terme, les quatre principaux établissements bancaires n’auront plus leur place sur le territoire belge, dévoile une étude du consultant KPMG et de la Vlerick Business School, reprise par L’Echo. Cette situation s’explique par la mauvaise conjoncture et la concurrence que connaît le secteur. Les banques moyennes devraient avoir des difficultés à se maintenir dans les prochaines années, alors que les acteurs de niche survivront.

 

La Flandre dilapide trop

Selon la Cour des comptes belge, le gouvernement flamand entend dépenser plus d’argent en 2014 qu’il n’en reçoit (571 millions d’euros contre 442 millions). Pour garder l’équilibre budgétaire, la Flandre supprime des provisions et effectue des prélèvements sur des marges futures. La Cour dénonce également l’absence de prise en compte du déficit des pouvoirs locaux et de l’amende européenne sur les eaux usées.

 

Vols : près d’un milliard d’euros en moins pour les grandes surfaces belges

En Belgique, la démarque inconnue dans la grande distribution a représenté une perte de revenus de 975 millions d’euros en 2012. Le vol à l’étalage, la fraude des fournisseurs ou encore les erreurs administratives coûtent cher aux détaillants belges, note Checkpoint Systems. «Cela se répercute généralement sur le prix des produits», précise le manager Dominique Reumers. Les objets de petite taille ou avec une grande valeur marchande sont les plus dérobés.

 

Meilleure transparence financière chez les Belges

La Belgique a amélioré sa position dans le classement des Etats financiers les plus opaques de Tax Justice Network, sorti il y a peu. Elle est passée de la 15e place en 2011 à la 40e en 2013. Ce changement s’explique par l’abandon du secret bancaire et au passage à l’échange automatique d’informations. La nation avec la pire transparence financière au monde reste la Suisse, comme dans les précédentes éditions.