Grand Hainaut – 5 territoires, des atouts complémentaires

Homogénéité de l’offre en tous points…

Publié dans l'édition Nord N. 8600 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Si la CCI du Grand Hainaut basée à Valenciennes est LA structure de référence fédérant les initiatives dans ces 5 territoires, ces derniers conservent leurs particularités et aux organismes consulaires s’ajoutent des collectivités territoriales. Mais l’orchestre joue ensemble la même partition : jouer à fond l’attractivité du Grand Hainaut et répondre concrètement à la demande de l’investisseur et en l’accompagnant une fois sa décision d’ancrage prise.

 

La CCI Grand Hainaut veut être la porte d’entrée des porteurs de projets ! «La référence» voilà ce à quoi aspire la CCI Grand Hainaut qui fédère tous les projets des 4 autres territoires. Toutes les offres de foncier et de bâti sont rassemblées sur une plate-forme Internet, sorte de bourse aux locaux.

 De la frontière belge à l’Est et au Nord, aux confins du département de l’Aisne et du Douaisis, la CCI Grand Hainaut rassemble les données des disponibilités mais opère aussi dans son propre territoire d’origine. Madame Natalina Froment explique l’ambition de la CCI : «Nous jouons aussi un rôle de chef d’orchestre car nous ne sommes pas les seuls à œuvrer sur le Grand Hainaut, il y a nos partenaires et leurs offres propres, territoires sur lesquels notre CCI possède du foncier et du bâti. Dans l’Avesnois par exemple, citons la Cité de l’Entreprise à Feignies, sur Valenciennes le parc Lavoisier à Petite-Forêt, le PA de Sars et Rosières, des bureaux dans nos ZFU à Valenciennes, des villages artisanaux, etc. Nous réhabilitons par exemple à l’ex-centre routier des Douanes avec des lots à vendre, des entrepôts  à louer à l’aérodrome Est, aux entrées et sorties de l’A2. Bref nous communiquons en ce moment sur les Rives Créatives de l’Escaut et la Transvalley avec un programme ‘Go Green’, un cluster des mobilités innovantes et durables. Disons globalement que quand-même, le foncier se raréfie sauf à Onnaing. On veut compenser le long de la voie d’eau avec, pour commencer, un terminal containeurs à Saint-Saulve. Nos priorités sont le numérique, la logistique, l’emploi, le développement global de l’entreprise et l’innovation. Ce qui explique que nous nous occupons de plus en plus de la PME. »

 

Valenciennes Métropole, un fort axe d’offre le long de l’A2. Main dans la main avec sa voisine de la CCI Grand Hainaut, l’agglo valenciennoise conjugue deux points d’avancée en offre immobilière, l’A2 et l’interland valenciennois.

 En commun avec la CCI Grand Hainaut, Val Métro propose pour sa part à l’entreprise 8 parcs d’activités soit environ 123 hectares de foncier à vendre sur autant de communes, dont 44 en projet. En locaux d’activité, 10 programmes de bâtiments sur 6 localités à vendre ou à louer, représentant 59 300 m2 de surface disponible souvent en lots. Le tertiaire (ValPark, Forgeval, Valencanal HE, ValMétro, Cédra Parc, Ateliers Numériques, Serre Numérique et les Programmes Avenue Pompidou (à louer pour les 6 derniers cités) sont tous sur Valenciennes ou Anzin et un sur Rouvignies (PA). 4 de ces programmes de locaux occupent une surface totale de 329 000 m2. Les 4 programmes en cours fin 2014 pour 2 d’entre eux, sont situés dans la Transalley de Famars-Aulnoye : 12 ha shon puis 5 250 m2 en 3 programmes, à vendre ou louer selon les emplacements. Reste en réserve foncière à Onnaing 80 hectares.

 

Foncier et bâti sont équilibrés. La première zone en venant de Toyota (40 ha) est viabilisée. Avec l’Aérodrome, cela fait 80 ha disponibles, une extension de 80 ha est prévue selon la demande soit une totalité de 140 ha. En nature de terrain, les dalles ont été renforcées, le très haut débit généralisé, les parcelles sont labellisées. Le Parc jouxtant la frontière est à l’étude. Les technopoles sont en route (Université) avec des terrains disponibles, 6 .000 m2 modulables, un total de 180 000 shon en plusieurs tranches. Deux idées au départ : l’emploi et l’activité avec 4 priorités qui guident l’action : la logistique, la création numérique, les transports et l’environnement.

 

 La CA du Val de Sambre (Maubeuge)dispose en foncier privé public de 10 hectares viabilisés sur 500 hectares à Feignies-Maubeuge grâce à ses 3 axes routiers. Plus tard 40 autres hectares seront mis à disposition. A Jeumont, zone de la Justice, 7 des 40 hectares sont disponibles. Côté bâti, pour l’instant la CAVS attend et en est au rachat de friches nombreuses à réhabiliter et vendre comme à Ferrière-la-Grande avec 6 000 m2 pour des parcelles de 150 m2. A Pont-sur-Sambre, va se faire sur 40 hectares une vaste opération sur voie d’eau et ses quais, avec chemin de fer. La boucle d’essai va s’y installer drainant des entreprises de la filière fer tant espérée. Les terrains sont «gelés» en attendant la faisabilité et ensuite, place à la valorisation. Mais la CAVS manque de locaux pour les PME comprenant d’une part des ateliers de 100 m2 pour PME et d’autre part un espace-bureau attenant de 50 m2. La demande est ici importante. Un tel projet de construction est en route sur Maubeuge centre.

En tertiaire, toujours sur Maubeuge, de tels projets existent. Un premier permis de construire est déposé pour une surface de 5 000 m2. La priorité du Val de Sambre reste l’emploi. La période est complexe avec l’émergence de ScoT empêchant le grignotage des terres agricoles et densifiant les centres. Or le Val de Sambre, c’est non pas 20% (France) ou 24% (Nord-PdC) mais 40% d’activité industrielle à Maubeuge. Donc pas de terrains, pas d’industrie alors que l’industrie classique, la métallurgie notamment, revient en force.

 

Cambrai Développement Economique, guichet unique ! CDE, c’est d’abord l’emploi puis l’attractivité d’un territoire riche en voies de communications. Bernard Lauverjat et Silvère Dhalluin expliquent… «Depuis 15 ans, nous concrétisons le souhait de Cambrai, Caudry, Le Cateau et Solesmes, puis la CCI relaie nos dossiers.»

Pour les gros dossiers, Nord France Invest apporte les projets, CDE prospecte via Internet. Création, développement, transfert, l’accompagnement est garanti. France, Picardie pour l’essentiel, l’entrepreneur est  rarement belge ou parisien.  Les activités sont diverses, les tailles aussi, pour l’instant on voit surtout la grande distribution et l’agro-alimentaire. Les grands projets sont en baisse, ici on cherche de la technologie et de l’innovation porteurs d’emploi.

 

La tendance est à la demande de bâti.  CDE et les collectivités  offrent des bâtiments relais, le privé aussi. A la CC de la Vacquerie, 18 000 m2 extensibles seront disponibles en 2014. Sur Cambrai, un immeuble avec bureaux (en BC) est en cours pour mi-mars 2014 (jusqu’à 800 m2), mais La Ruche à Vauban Cambrésis élargit sa gamme en bureau et ateliers, il y a donc là disponibilité. Des bâtiments relais y sont aussi programmés. Avec la CC Ouest-Cambrésis, (Actipole sur l’A2), un gros pôle administratif est en cours. Huit cellules pour logistique et industrie sont aussi programmées, travaux début 2014. Reste la transformation de la BA 103 avec l’aide du CG59 et de Dunkerque Promotion …

Enfin, de l’offre existe sur Iwuy (20 hectares), Caudry (30 h. pour artisans), Masnières (12 h.), Marcoing (20 h.), Escaudoeuvres (20h.), Bertry et  Cambrai-Proville en commercial.

 

 

La CAPH veut mettre le territoire à niveau en foncier et bâti. La CAPH  entre Pévèle et Valenciennes Métropole fait face à une demande assez équilibrée et doit donc rester une «plaque tournante harmonieuse» en offre d’immobilier.

 

Avec 30 parcs d’activité, 2 000 hectares et 300 entreprises présentes depuis 2002, la CA de la Porte du Hainaut fait de l’implantation entrepreneuriale le moteur principal de son activité, consacrant à l’entretien de ces ZA plus d’1 M€ par an. En foncier, la ZA qui offre le plus d’opportunités reste Hordain (le long de l’A2) investie par des groupes internationaux mais la demande locale s’intensifie. Pour le reste, l’offre de foncier vaut celle du bâti avec des hôtels d’entreprises récents (Les 6 Mariannes et les Pierres Blanches).

En 10 ans, ces 30 ZA se sont densifiées, il reste à tout peaufiner et varier l’aide non plus seulement en fonction de la notoriété mais selon des projets qui auront fédéré des acteurs et qui sont réellement porteurs d’emplois.

 

La CAPH a créé une agence de Développement Economique qui travaille avec la CCI Grand Hainaut et prend en compte au 1er janvier 2014 l’active ZA de la CC Vallée de la Scarpe. La tendance est à la requalification des parcs vers les PME et PMI en immobilier par exemple à Thiant et St Amand-les-Eaux ( villages «artisans»). Le  futur, c’est le bord de l’Escaut avec des friches reconquises sur les Pierres Blanches à Denain, le Parc Saint-Léger ou le Plouich. La stratégie étant de faire de ces implantations de PME-PMI une rampe de lancement de chaque ZA, l’activité appelant l’activité. A Escaudain, aux Pierres Blanches, à Escaupont et au Saubois-Saint-Amand, c’est cet effet d’entraînement qui est souhaité.