L’abbaye de Belval lance sa bière et complète sa gamme de fromages

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 8605 par

L’abbaye de Belval, implantée à Troisvaux, était connue pour ses fromages. Elle a désormais une bière artisanale à son effigie. Ce produit vient compléter son offre de services.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Une nouvelle bière est disponible sur le marché, celle de l’abbaye de Belval. «Ça ne figurait pas forcément dans notre projet initial. Mais, au fil des échanges, on a constaté une demande et qu’un produit de ce type pouvait séduire. Associer le formage et la bière représentait une excellente idée. En parallèle, la bière doit permettre de développer la fromagerie», explique Marc Sockeel.

Le conseil d’administration qui préside aux destinées de l’abbaye a validé l’initiative et un appel d’offres a été lancé, quatre brasseurs régionaux déposant leurs candidatures. L’objectif était de créer un breuvage qui ressemble à l’abbaye, à son histoire et à son image. Si jadis les religieuses n’ont jamais brassé de bière sur place, il existe un lien étroit avec cette boisson puisque le fromage était affiné à la bière. «La Brasserie du pays flamand, située à Blaringhem, a le mieux collé au cahier des charges. Nous recherchions quelque chose de typique. La bière présente un degré d’alcool de 7°. Elle est douce au premier abord, pour laisser ensuite échapper de l’amertume. Elle est unique et authentique. On la trouvera dans  notre boutique et dans les épiceries fines», relève Marc Sockeel.

Un gros travail a été effectué sur les arômes pour trouver la bonne formule, plusieurs houblons différents sont utilisés. Les administrateurs mais aussi le personnel de l’abbaye ont été associés à la dynamique, le projet économique de Belval reposant sur la notion de responsabilité sociétale des entreprises.

Le complément bière et fromage. La phase d’élaboration achevée, la Brasserie du pays flamand a effectué un premier tirage de 2 000 hectolitres et les retours, concluants, permettent d’en envisager un second.

Sur l’étiquette de la bouteille, on retrouve un clin d’œil aux vitraux de l’abbaye, c’était un désir de la direction qui souhaitait que l’identité de l’établissement transpire jusque dans la forme.  

En ce qui concerne la diversification, l’abbaye de Belval vient de lancer des nouveautés dans son domaine de prédilection, le fromage. Ainsi, elle a remis au goût du jour L’Enclos, un produit plus crémeux qui doit séduire une clientèle plus féminine. Enfin, au début de l’automne, le Floral a été lancé. Cette innovation s’inspire de recettes qu’on trouve en Autriche. «Comme son nom l’indique, ce fromage est réalisé à partir de fleurs, la lavande, la rose, le bleuet et le pavot. Le goût n’est pas trop puissant et ce fromage offre un équilibre entre les arômes de fleurs et le caractère du Belval classique. De plus, sur un plateau de fromages, le Floral se remarque et aiguise l’attention», souligne Marc Sockeel.

La fromagerie produit à ce jour 30 tonnes de marchandises par an et l’objectif est d’atteindre d’ici quelques années les 80 tonnes.

Par ailleurs, le Floral s’inscrit dans un projet plus large. En effet, la direction de l’abbaye de Belval souhaite développer un festival de la fleur.

D.R.

La bière de Belval, une boisson de caractère produite de façon artisanale.