Projet de Centre européen d’essais ferroviaires en Sambre

Les arguments économiques ne manquent pas

Publié dans l'édition Nord N. 8604 par

La concertation, organisée entre le 3 octobre et le 2 décembre par Réseau ferré de France autour du projet de Centre européen d’essais ferroviaires (CEEF), a fait une halte à Aulnoye-Aymeries.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

D.R.

Le schéma de cet équipement industriel tel qu’il apparaît dans le dossier de concertation. Il serait rattaché au réseau national et au nœud ferroviaire d’Aulnoye-Aymeries.

 

Cette quatrième réunion publique a abordé le thème économique. Rappelons que ce CEEF pourrait s’implanter à Bachant (notamment). Il s’agit de réaliser, sur 75 ha, un équipement industriel comprenant un anneau urbain de 1,5 km et un anneau ferroviaire de 5,9 km. Coût annoncé du projet Etat/Région : 191 millions HT. Si la procédure administrative aboutit, la mise en service pourrait intervenir à partir de 2018, après deux ans de travaux.

 

Vocation. Cet équipement servirait à mettre à l’épreuve tout ce qui relève des infrastructures fixes : les rails mais aussi les ouvrages d’art, la signalisation, les systèmes numériques, les caténaires, les protections phoniques… De nombreuses entreprises, donneurs d’ordre et sous-traitants, laboratoires de recherche, organismes de formation sont, dit-on, intéressés par cet outil qui serait unique en Europe. Apparemment, il n’a son équivalent qu’aux Etats-Unis, à Pueblo dans le Colorado.

RFF, en tant que gestionnaire d’un réseau vieillissant, est directement concerné, de même que les constructeurs de train, en raison des impératifs de confort, de sécurité, de rapidité…

Conclusions attendues. Cette réalisation, qui bénéficie d’un site internet dédié, est cependant conditionnée aux résultats de la concertation. Michel Gaillard, «garant» de celle-ci, nommé par la Commission nationale de débat public (étant donné l’impact du projet et l’opposition de deux communes, Ecuélin et Saint-Rémy-Chaussée), devrait rendre son rapport avant Noël et RFF, maître d’ouvrage de ce projet, en début d’année.

Viendraient ensuite, selon les résultats, d’autres études et enquêtes publiques préalables à une Déclaration d’utilité publique.

Exemple à Petite-Forêt. Cette fois, Lucette Vanlaecke, directrice régionale de RFF, et Yan Peterschmitt, directeur du projet, ont invité les représentants de la première région ferroviaire de France à argumenter. Ce soir-là, exemple, le Centre d’essais ferroviaires (pour le matériel roulant) de Petite-Forêt (Valenciennois) a été présenté comme un exemple d’intégration environnementale et de réussite économique. Cette SA existe depuis 14 ans et Bombardier et Alstom sont ses principaux actionnaires.