Une navette au centre-ville d’Arras

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 8601 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Dans le cadre du développement de son réseau de transport visant à améliorer la desserte du territoire, la communauté urbaine d’Arras (CUA) et le réseau Artis souhaitent mener une expérimentation portant sur la mise en place d’une navette en centre-ville à Arras.

 D.R.

De nombreux besoins. Au-delà d’un accès facilité du centre d’Arras depuis les boulevards, Citadine devrait permettre de répondre à d’autres attentes. On peut citer la limitation de la pression sur le stationnement dans l’hypercentre d’Arras en incitant au report modal vers les parkings relais, la desserte des quartiers du Vieil-Arras, une offre d’un transport à «taille humaine» (dix places assises, dix debout et une pour une personne à mobilité réduite) pour se déplacer par le biais de correspondances avec les autres lignes existantes. L’attractivité du centre-ville − des services, des commerces, des restaurants et des lieux touristiques − ne peut qu’y trouver une réelle valeur ajoutée.

 Une expérimentation durant trois mois. Dans le cadre de l’expérimentation, la navette sera en service du 6 novembre au 31 janvier 2014, de 7h30 à 19h30 du lundi au samedi et quatre dimanches en décembre.  Cette période est propice aux déplacements avec les fêtes de fin d’année, le marché de Noël, les soldes, etc. Pour être attractive, elle aura une fréquence de passage inférieure à 10 minutes et mettra environ 18 minutes pour effectuer son itinéraire de 4 km. La navette sera gratuite et ouverte à tous, avec parallèlement une enquête permettant d’évaluer ce nouveau mode de déplacement. L’expérimentation est évaluée à 125 000 € pour la CUA et pourrait, si elle est concluante, être prolongée «avec la mise en place d’un billet à prix modique pour les usagers non abonnés à Artis».