Le numérique se cultive sur la Côte

Calais accueille un Fablab

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 9518 par

Un dispositif innovant de plus pour le Calais : après la couveuse de start-up Tektos, chargée d’incuber les projets numériques, le Fablab Côte d’Opale s’installe dans la même pépinière consulaire d’entreprises. Sous statut associatif, le Fablab a pour fondateurs les acteurs économiques et publiques du Calaisis. Investissant dans les outils numériques de demain (découpeuse laser, imprimantes et […]

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

CAPresse 2015

L'atelier 4 de la pépinière d'entreprises consulaire de Calais accueille depuis le 12 janvier dernier le premier Fablab de la Côte d'Opale.

Un dispositif innovant de plus pour le Calais : après la couveuse de start-up Tektos, chargée d’incuber les projets numériques, le Fablab Côte d’Opale s’installe dans la même pépinière consulaire d’entreprises. Sous statut associatif, le Fablab a pour fondateurs les acteurs économiques et publiques du Calaisis. Investissant dans les outils numériques de demain (découpeuse laser, imprimantes et scanners 3 D, fraiseuse numérique…), le Fablab met ceux-ci à disposition sous la forme d’une prestation de service dont les tarifs (pour particuliers et entreprises) oscillent entre 5 euros/h pour une imprimante 3 D (hors fourniture de la matière) et 80 euros/h pour la découpeuse (hors entretien et matière). Pour une petite série ou des pièces à l’unité, l’usage de ces outils est soutenu par des formations. Trois personnes travaillent au Fablab. Ainsi, le manager Raphael Kniper, ex-élève de l’EIPC de Longuenesse, dirige deux « forgeurs » qui assistent les usagers. « Toutes les machines ont pour la plupart des langages communs. Chacun peut venir avec son PC. Ici, tout est en open-source« , explique le cadre de l’équipe. Financée par SNCF développement (30 000 euros), par Vinci (30 000 euros) et par l’Etat (200 0000 euros), le Fablab bénéficie du soutien de la CCI à travers l’atelier 4 de la pépinière. « Nous nous inscrivons pleinement dans le programme French Tech des pouvoirs publics » glisse Daniel Kern, président du Fablab, qui souhaite élargir les partenariats.