Site de petites annonces autour du bricolage

Ecobrico veut percer dans l’occasion de proximité

Publié dans l'édition Nord N. 8620 par

Economique, écologique, le site, lancé par les deux Dunkerquois Laurent Marcant et Michaël Pouchelet, surfe sur la tendance de l’occasion, mais l’occasion à notre porte.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 D.R.

Le site d’Ecobrico propose d’acheter ou de vendre ses fins de travaux.

Trouver à côté de chez soi le fond de peinture qu’il manque pour peindre le mur de la buanderie, les chutes de parquet pour finir le dressing dans la chambre du petit dernier, les trois vis pour poser une étagère dans la cuisine, les deux clous et le marteau pour finir la déco : c’est le credo prometteur du nouveau site Ecobrico. Un site de petites annonces spécialisé dans le bricolage que viennent de lancer deux Dunkerquois, Laurent Marcant et Michaël Pouchelet. «Le modèle Ecobrico repose sur le fait que chacun a potentiellement une quincaillerie chez soi, explique ce dernier, coconcepteur du site. Son plus c’est la proximité : il suffit de rentrer son code postal pour afficher en priorité les annonces les plus proches. On évite ainsi les arnaques liées à la distance géographique puisqu’on peut aller voir sur place si ça correspond au besoin et à l’annonce. La transaction se fait physiquement uniquement, donc il n’y a pas de mauvaise surprise», insiste Michaël Pouchelet.

 L’occasion a le vent eu poupe. Et alors que le marché du neuf dans le bricolage s’essouffle depuis un an et demi, l’occasion a le vent en poupe. Economique, écologique, c’est un marché dans l’air du temps. En résumé, les uns se débarrassent de ce qui encombre leur garage, pour le bonheur des autres qui récupèrent juste le nécessaire pour achever un chantier. Bricoleur du dimanche ou professionnel, tout le monde y trouve son compte. «Et c’est très simple d’utilisation», insistent les deux associés. Les annonces sont présentées selon des critères classiques : famille de produits, achat ou location, prix, annonces de professionnels ou de particuliers, avec ou sans photos. La différence se joue donc dans l’onglet dédié à la distance géographique : on entre une ville ou un code postal, «mais avec la recherche avancée on peut aller jusqu’au nom de rue», soulignent les concepteurs. Lancé sur Dunkerque depuis le 15 novembre, le site connaît déjà un certain succès. De quoi encourager les deux hommes dans leur projet de développement. Ils comptent en effet lancer, courant 2014, une version pour Lille et sa métropole, puis pour la région Nord-Pas-de-Calais. En 2015, si tout va bien, ils poursuivront leur déploiement à travers le pays, en commençant par Paris. «Mais une étape à la fois, modère Michaël Pouchelet. On va sortir dans quelques semaines les premiers chiffres, ce qui nous permettra de voir si l’engouement est réel.» Au-delà des 2 776 fans enregistrés sur la page Facebook Ecobrico et de la centaine de transactions réalisées depuis le 15 novembre dernier…