GrandLille.TV fête son quatrième anniversaire

« GrandLille.TV triple sa couverture régionale »

Publié dans l'édition Nord N. 8626 par

Ce 30 janvier 2014, GrandLille.TV a profité de la traditionnelle cérémonie des vœux pour souffler sa quatrième bougie ! Quatre années qui ont permis à la chaîne d’intensifier ses programmes, d’élargir sa couverture, tout en gardant ce qui a fait sa force : être une chaîne de proximité. Bruno Lecluse, président directeur général de la chaîne, revient sur les faits marquants et sur les projets à venir.

La Gazette. Grande nouveauté pour la chaîne, un émetteur dix fois plus puissant que celui d’origine ! Pouvez-vous nous en dire plus ?

Bruno Lecluse. Cet émetteur est opérationnel depuis le 17 décembre 2013 avec l’arrivée des six nouvelles chaînes haute définition de la TNT. GrandLille.TV émet désormais sur des zones jusqu’alors non couvertes. Nous allons couvrir les trois quarts du Nord-Pas-de-Calais, soit plus de 3 millions de téléspectateurs potentiels ! Nous triplons notre couverture.

 N’avez-vous pas peur que la vision de la chaîne soit trop lilloise ?

L’offre est cohérente si on parle du Grand Lille. Nous croyons à la dimension de l’eurorégion. Certes, Lille a son rayonnement mais le Grand Lille, c’est aussi Arras, Valenciennes ou Lens ! Et nous parlons de ces villes dans nos éditions.

 Depuis quatre ans, quels progrès avez-vous pu observer ?

Il y a une vraie reconnaissance de la chaîne. GrandLille.TV est 2e au classement des télévisions de province et cette place ne tient pas encore compte de notre nouvel émetteur. Nous avons plus que validé la performance du format.

 Le nouvel émetteur semble être aussi l’occasion aussi de renforcer la chaîne.

Oui, nous avons une nouvelle communication et de nouveaux slogans. La finalité de GrandLille.TV ? Donner au téléspectateur l’envie de se lever le matin ! Les téléspectateurs trouvent l’information anxiogène. On peut toujours voir le verre à moitié plein ou à moitié vide. Sans trahir la réalité, il ne faut pas tomber dans l’excès et ne traiter que les faits divers. Il peut y avoir une information équitable et raisonnée.

 Selon vous, c’est la mission d’un média de proximité tel que vous l’imaginez pour GrandLille.TV ?

Sa mission, c’est d’être raisonnable sur le traitement de l’information et d’avoir un équilibrage entre les sujets. Oui il y a les faits divers, mais il faut surtout souligner les initiatives positives ! Nous avons le devoir de vous donner l’envie de vous lever le matin, l’envie d’entreprendre et d’avancer ! Nous attachons beaucoup d’importance à mettre l’accent sur la solidarité.

 C’est-à-dire ?

Quand on annonce quelque chose de dramatique, on va toujours donner un contact pour que le téléspectateur puisse faire un don ou aider des victimes. On s’engage, à notre échelle, pour un monde plus solidaire. Je préfère le terme de télévision de proximité à celui de télévision locale. Nous devons être aussi pros qu’une télévision nationale mais avec d’autres ambitions ! 90% de notre contenu est de proximité. Nous sommes les seuls à proposer ce format en France.

 Comment définiriez-vous votre audience ?

Elle est jeune, très significative le matin et proche de celle des chaînes d’info en continu. Nous avons réussi à générer une offre depuis la création.

 GrandLille.TV développe aussi d’autres formats…

Nous avons lancé des documentaires longs formats. Il y a aussi davantage de directs. Nous sommes également présents sur les réseaux sociaux depuis cet été. C’est fondamental et incontournable !

 Quels sont les projets de la chaîne ?

L’enrichir ! Nous aimerions émettre en direct le week-end, actuellement c’est un best of de la semaine, mais aussi augmenter les plages horaires. Par exemple, commencer plus tôt le matin et finir plus tard le soir. Idéalement, il s’agirait de passer de 14 heures de direct par jour à 16 heures. Nous voulons aussi renforcer notre présence sur les grands événements régionaux comme la braderie ou le Main Square.

D.R.

Bruno Lecluse.

En quatre ans, GrandLille.TV a donc su conquérir son public ?

La télévision de proximité prend du temps pour convaincre, aussi bien les téléspectateurs que les acteurs économiques. C’était la même chose avec les pionniers de la radio. L’audience, la notoriété et les annonceurs qui nous ont rapidement fait confiance nous confortent. Nous avons une ambition de service, avec une information positive, sans générer de stress. Notre alliance avec le LOSC est en cela intéressante : s’unir pour gagner !