En centre-ville d’Aulnoye-Aymeries

Le Leclerc doit s’ouvrir en février 2014

Publié dans l'édition Nord N. 8618 par

 En septembre 2011, l’ancien super U, situé dans le centre-ville d’Aulnoye-Aymeries, avait fermé ses portes et il était démoli dès la fin de cette même année. Disparue également la station-service voisine (avec la découverte d’une pollution du sous-sol qu’il a fallu traiter). Et puis, en 2012, dans une commune qui connaissait déjà de gros travaux […]

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 En septembre 2011, l’ancien super U, situé dans le centre-ville d’Aulnoye-Aymeries, avait fermé ses portes et il était démoli dès la fin de cette même année. Disparue également la station-service voisine (avec la découverte d’une pollution du sous-sol qu’il a fallu traiter). Et puis, en 2012, dans une commune qui connaissait déjà de gros travaux d’urbanisme et de voiries, le vaste chantier du magasin Leclerc a commencé dans un espace d’environ 15 000 m2. Ce projet est conduit par Laurent Raverdy, futur directeur et principal investisseur. Il a fait toute sa carrière professionnelle dans l’enseigne. Coût de l’investissement : 24 millions.

Début 2013, la construction s’est heurtée à un problème de mauvaise qualité du béton des piliers devant supporter la dalle du magasin. D’où un contretemps, marqué par un arrêt des travaux, une opération de démolition et un report de la date d’ouverture, de septembre 2013 à février 2014.

En septembre, le projet suivait son cours : des recrutements étaient lancés (responsables de rayons, professionnels, vendeurs…). L’hyper, équipé de ses baies vitrées, commençait à prendre forme ; le béton avait disparu sous les parements ; les silhouettes des cellules commerciales, avec bardage en bois, étaient bien visibles…

En février, si tout se passe comme prévu, tout sera terminé : un hypermarché (3 300 m2), un espace culturel et arts de la table (910 m2), une galerie marchande à ciel ouvert de 13 cellules de 100 m2, une parapharmacie de 180 m2, un restaurant de 500 m2, un parking souterrain de 300 places sous l’ensemble du site commercial, auxquelles viendront s’ajouter les 700 places d’un parking silo à la charge, en ce qui le concerne, de la commune.

Un hôtel pourrait être construit par la suite face à la gare, mais ce projet est en attente, précise Laurent Raverdy.

D.R.

Une vue du bâtiment côté poste. C’était fin septembre.