Eurasanté

Olberon Medical Innovation lance deux produits médicaux inédits

Publié dans l'édition Nord N. 8624 par

Créé en 2005 au Royaume-Uni par son fondateur et président, le docteur Arash Bakhtyari, Olberon Medical Innovation a choisi Eurasanté pour lancer deux innovations : le Vacuderm et l’Otorhinoscope. Décryptage.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

On parle souvent de la proximité entre Lille et Londres. Le cas d’Olberon en est un exemple. Si la capitale anglaise a vu naître les produits, c’est à Lille, en plein cœur d’Eurasanté, que son fondateur a voulu implanter sa division française. Positionnement géographique hors pair, proximité immédiate avec le milieu médical, Eurasanté s’est rapidement imposé comme un lieu privilégié. «Quand il a fallu trouver des financements pour lancer la commercialisation des produits en 2011, le docteur Arash Bakhtyari est entré en contact avec Lille’s Agency (l’APIM à cette époque, ndlr) sur un salon. Il a été séduit par la région, sa situation géographique, son coût immobilier moindre qu’à Londres et son tissu entrepreneurial», explique Michel Boinet, directeur commercial. A cela se sont ajoutés les nombreux outils à disposition des entrepreneurs et la légitimité d’Eurasanté, proche des centres hospitaliers et de l’Etablissement français du sang. Si l’entreprise a été créée en 2005, il aura fallu attendre six ans pour le lancement officiel des produits, avec une commercialisation prévue en février 2014. «Le docteur Arash Bakhtyari se consacrait à l’entreprise à temps partiel, tout en continuant ses consultations», explique Michel Boinet. Mais il a aussi fallu créer et recréer des prototypes, trouver des fabricants spécialistes de l’injection plastique et… collecter des fonds ! En juin 2013, la finalisation du financement a été actée pour atteindre 560 000 €1 hors apports des actionnaires initiaux.

L'Otorhinoscope.

L'Otorhinoscope.

 Deux innovations. Le Vacuderm, fabriqué en France, se positionne sur le marché de l’accès veineux (pose de cathéter et prise de sang) qui représente à lui seul un milliard d’actes par an. Aujourd’hui, on constate 20 à 30% d’échec en première intention dans tous les services. Le produit a donc été conçu pour sécuriser l’accès veineux périphérique et augmenter le taux de succès en première intention. «La pose de cathéter concerne 15% des patients qui entrent à l’hôpital. Le Vacuderm est une pompe à vide qui fait gonfler la veine, aspire le sang et facilite donc l’acte médical», précise Michel Boinet. Quant à l’Otorhinoscope, avec deux brevets à son actif, il veut rendre l’examen du nez moins coûteux et plus facile. «Le secret réside dans un petit spéculum qui se monte sur le produit et que l’on peut élargir. Il y a aussi une loupe et une lumière, le tout en un seul et unique appareil», poursuit-il. Les objectifs d’Olberon ? Commercialiser une dizaine de milliers de produits et atteindre 80% de chiffre d’affaires à l’export, avec des prix de vente de l’ordre de 1 à 2€ pour le Vacuderm et de 150 à 190€ selon les pays pour l’Otorhinoscope. Prochaine étape, la participation aux salons Medica Dusseldorf et Arab Health Dubai dans les mois à venir. Et des innovations en perspective : «Nous espérons lancer un nouveau produit d’ici la fin de l’année.»

  1. Finorpa, Nord France amorçage et des business angels.