Les voeux de la Chambre des métiers et de l'artisanat

Un ancrage territorial au service de l’emploi

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 8625 par

Après une année compliquée, les artisans veulent croire en la parole présidentielle quant à la baisse massive des charges. A suivre de près.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

CAPresse 2014

Vœux de la Chambre des métiers et de l'artisanat à Saint-Omer, le 15 janvier dernier.

 Deux cents personnes s’étaient déplacées à la cérémonie des vœux de la Chambre des métiers et de l’artisanat, le 15 janvier dernier, à Saint-Omer. Le président de la commission territoriale de l’Audomarois, Gérard Marmin, a rappelé que «la première entreprise de France compte 47 000 artisans dans le Nord-Pas-de-Calais, dont près de 2 000 employant près de 6 000 actifs dans l’arrondissement de Saint-Omer (…). Les artisans résistent aux difficultés pour sauvegarder l’emploi et apporter des services aux habitants». Un discours qui résonne dans les esprits des acteurs du territoire qui attendent l’annonce d’un plan chez Arc international. La Chambre des métiers et de l’artisanat apporte ainsi sa pierre à l’édifice de la transformation économique dont a besoin l’Audomarois. «Les collaborateurs de notre antenne économique locale ont accompagné un grand nombre de porteurs de projet et de chefs d’entreprise (près de 650 personnes reçues) et organisé six stages de préparation à l’installation et six formations et perfectionnements à destination des artisans», a rappelé Gérard Marmin. La soirée a aussi mis à l’honneur quelques artisans créateurs, comme Philippe Caron, 21 ans, de « Pressing Tout Net ». Futur repreneur de l’entreprise familiale, le jeune homme a été formé à Paris avant de travailler dans une concession automobile. Diplômé d’un BTS de négociation et relation clients dans un lycée de Saint-Omer, il s’occupe aujourd’hui du management de l’entreprise qui compte actuellement 5 apprentis.

 Qu’espérer en 2014 ? Concrètement, la Chambre inscrit ses actions dans un objectif tourné vers l’emploi. Par exemple, via un partenariat avec le Conseil régional, une personne est désormais chargée de détecter les offres d’emplois non pourvues au sein des entreprises artisanales. Résultat : 246 artisans rencontrés, 67 offres d’emploi détectées et 61 contrats de travail signés… L’appui des acteurs publics s’incarne aussi dans la promotion et le soutien à l’artisanat local : un village d’artisans, des aides financières à la création/reprise d’entreprise. Et l’optimisme était de mise lors de cette soirée. Sortis d’une année difficile, les artisans ont en effet des raisons d’espérer pour 2014 : «La première est la loi sur l’artisanat et le commerce qui sera adoptée au premier semestre.» Celle-ci encadrera mieux les baux commerciaux, valorisera les savoir-faire des entreprises et replacera au centre des qualifications les chambres des métiers. Autre avantage, la simplification du statut de l’entreprise individuelle (EIRL) et sa possible exclusivité pour les travailleurs indépendants, comme le souhaite la Chambre. La seconde raison tient au discours du président de la République et à sa proposition de retirer aux entreprises la charge des cotisations familiales et de simplifier le contexte administratif. Le président de la République a inclus le crédit impôt compétitivité des entreprises (CICE) dans l’allègement global pour les entreprises. Soit une aide de 10 milliards, et non 30 comme annoncé en début de discours…