L’Effet déco s’active sur le champ de l’insertion

Une initiative solidaire qui monte

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 8623 par

L’économie sociale et solidaire prend de l’envergure sur l’agglomération de Béthune-Bruay. La montée en puissance de l’Effet déco en est l’illustration parfaite.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

D.R.

Caroline Loty-Debray et son équipe ont mis la thématique de la décoration au service de l’insertion sociale et professionnelle.

Caroline Loty-Debray a derrière elle un long parcours dans le secteur social et associatif. S’appuyant sur cette solide expérience, elle a créé, il y a cinq ans, l’Effet déco, structure qui, aujourd’hui, emploie quatre personnes. Initiative s’inscrivant dans le champ de l’économie sociale et solidaire, cette association à orientation économique propose des services aux écoles, collectivités, etc., comme l’explique Caroline Loty-Debray : «Nous organisons des ateliers de loisirs créatifs, artistiques et ce qu’on appelle du récup’art. On travaille sur la thématique du développement personnel et éducatif. On sensibilise, par le biais de nos actions, à une autre manière de se comporter face aux ressources naturelles et humaines et aux compétences de chacun.» Ainsi, les intervenants de l’Effet déco encadrent tout type de public, mais avant tout des personnes en situation d’insertion sociale et professionnelle, telles que des bénéficiaires du RSA. Par le biais d’ateliers manuels et artistiques, il y a un échange de savoir-faire. Les stagiaires peuvent valoriser une expérience, retrouver confiance en eux. Ce service a séduit des municipalités de toute le région Nord-Pas-de-Calais qui mènent des actions collectives. Parmi les ateliers animés par Caroline Loty-Debray, on peut citer le relooking de meubles qui connaît un franc succès.

 La recyclerie a la cote. Avec les plus jeunes, la manière d’œuvrer est différente. Ainsi, l’entreprise s’implique dans une logique pédagogique, comme le confie Caroline Loty-Debray  : «On peut imaginer une classe qui planche sur le sujet de l’histoire de l’art. Nous pouvons apporter notre contribution. Nous avons aussi décliné toute une série d’interventions.» L’environnement constitue justement une thématique majeure qui fait partie intégrante de l’ADN d’Effet déco. «Il s’agit d’un sujet sur lequel nous essayons de faire passer des messages , notamment comment consommer autrement ou recycler nos déchets…», précise Caroline Loty-Debray. Dans cette optique, l’association a monté sa propre recyclerie il y a deux ans. L’objectif était de récupérer du mobilier dont les gens ne se servent plus et de leur offrir une seconde jeunesse.

Il a fallu trouver des locaux plus spacieux permettant de stocker le fruit des collectes et dépôts volontaires, mais aussi pour aménager un atelier. Le bâtiment adéquat a été trouvé à proximité de la gare de Béthune. «En plus d’un positionnement de choix, il dispose d’une grande vitrine qui nous sert à exposer nos travaux et, en conséquence, il contribue à accroître notre notoriété», indique Caroline Loty-Debray. Progressivement, l’association se développe, tant sur les interventions que sur la partie recyclerie. Pour poursuivre son essor, Caroline Loty-Debray ne manque pas d’idées et elle verrait d’un bon œil l’Effet déco devenir un acteur de la vie du quartier dans lequel elle est implantée, en créant des animations entrant dans le domaine de la politique de la ville.