A Fleurbaix, le développement de Spacing Com

Le goût du succès collectif

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 8637 par

Spécialisée dans l’aménagement d’espaces professionnels, l’entreprise Franvime a muté. Devenue Spacing Com en 2009, elle adosse désormais son développement à celui d’un réseau national en cours de constitution. Visite dans une coopérative qui ne dit pas encore son nom.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

CAPresse 2014

Marc-Antoine Verhaeghe, associé de Spacing Com.

 Spacing Com ne paie pas de mine : un atelier discret au bord d’une route d’entrée de village, à quelques kilomètres de l’A 25. «Notre cœur de métier, c’est la cloison», indique Marc-Antoine Verhaeghe, associé de l’enseigne : cloisons amovibles, sèches, plafonds, menuiseries intérieures, peinture et décoration, mais aussi revêtements de sol, mobilier de rangement, murs mobiles, stores et vitrophanie. Avec le gérant, Francis Defflandres, ils ont constaté au niveau national que la plupart des enseignes avaient leurs marchés au niveau régional. Les deux entrepreneurs ont alors imaginé un réseau de partenaires, mi-coopérants mi-autonomes, qui forment un groupe de six partenaires (Nord, Seine-Nord, Ile-de-France, Benelux, Rhône-Alpes et Grand-Ouest), adhérant aux principes de vente communes de produits, d’achat de fournitures et de conception. «Les achats sont libres, les techniciens se parlent, les dirigeants font un skype hebdomadaire. On essaie d’être plus malins ensemble», explique Marc-Antoine Verhaeghe. Les gains sont au rendez-vous dans la région : Spacing Nord affiche un chiffre d’affaires de 9 millions d’euros et une croissance de 15% ces trois dernières années. La crise ? Quand elle a commencé, l’entreprise faisait 6 millions de chiffre d’affaires, l’an dernier elle en réalisait 9…

 Une croissance ininterrompue depuis la crise… Pour poursuivre cette ascension et flairant la maturité d’un marché qui n’attend peut-être que la naissance d’une offre plus «nationale», les deux associés ont choisi la voie du partage. «Avant, dans chacune de nos structures le savoir était hiérarchisé, désormais il se partage horizontalement. Ça nous fait faire des progrès à tous. Dans le réseau, tout est sujet à apprentissage, à comparaison.» Le réseau totalise 30 millions de chiffre d’affaires et 200 salariés. A Fleurbaix, la région en compte près d’un tiers ainsi que 40 collaborateurs qui ont réalisé des chantiers comme le centre logistique d’Amazon à Lauwin-Plancke, ou le centre de service IBM à Lomme. Le projet Spacing forme une centrale d’achat compétitive pour ses adhérents. Iront-ils plus loin, vers une coopérative par exemple ? « On y a beaucoup réfléchi. Peut-être. De toute façon, le cœur et le portefeuille sont du même côté», sourit le dirigeant.