Dynamisme de l’économie régionale

Les jeunes au cœur de l’économie sociale et solidaire

Publié dans l'édition Nord N. 8636 par

Ces dernières années, les jeunes ont contribué massivement à la vitalité de l’économie sociale et solidaire au sein de la région Nord-Pas-de-Calais.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Au regard de la situation critique du taux d’emploi des jeunes salariés (de moins de 30 ans), l’Observatoire régional de l’économie sociale et solidaire du Nord-Pas-de-Calais, porté par la Chambre régionale économie sociale et solidaire, a voulu analyser, à partir d’une étude1 approfondie, la dynamique de l’emploi des jeunes salariés. Son objectif est d’amener les établissements de l’ESS à davantage recruter et d’encourager les jeunes à s’orienter et s’impliquer dans des secteurs professionnels prometteurs.

 Contexte général. L’économie sociale et solidaire en région Nord-Pas-de-Calais emploie 30 139 jeunes, soit 10% de l’ensemble des jeunes salariés en région. Entre 2008 et 2009, la part des jeunes actifs de la région exerçant dans l’ESS a progressé de 1,3 point, passant ainsi de 8,7% à 10%. Depuis 2009, la tendance régionale est stable et est comparable à celle au niveau national.

Pour l’année 2010, année du dernier recensement, le taux d’emploi régional dans l’ESS est plus élevé qu’au niveau national, respectivement 10% et 8,7%.

En France, on dénombre 435 490 jeunes salariés dans l’ESS et, sur ce total, les jeunes salariés de l’ESS de la région Nord-Pas-de-Calais représentent 6,9%. Au niveau régional, 10% des jeunes salariés du Nord-Pas-de-Calais travaillent dans l’ESS.A partir de cet indice statistique, on constate que le Nord-Pas-de-Calais se place dans le peloton de tête des régions qui emploient le plus de jeunes salariés dans le secteur de l’ESS. Les plus actives sont l’Ile-de-France et Rhône-Alpes, où le nombre de jeunes salariés exerçant dans l’ESS est respectivement de l’ordre de 74 285 et 45 493.

 Secteurs d’activité et structures juridiques. En Nord-Pas-de-Calais, il faut savoir que 50,2% des jeunes salariés de l’ESS travaillent dans le secteur de l’action sociale. Ce secteur emploie plus de 15 000 jeunes salariés de l’ESS et on peut ajouter que 72,9% des jeunes travaillant dans l’action sociale le font dans une structure de l’ESS. Ainsi, les jeunes salariés (moins de 30 ans) sont nombreux à exercer dans certains métiers de l’ESS, notamment les éducateurs spécialisés, les aides à domicile, aides ménagères, travailleuses familiales, les animateurs socioculturels et de loisirs.

Les autres secteurs qui comptent de nombreux jeunes salariés de l’ESS sont l’enseignement, la santé humaine, le soutien aux entreprises ou les activités financières et d’assurances.

Il est également intéressant de souligner que 84,8% des jeunes salariés de l’ESS exercent dans une association. Cependant, c’est au sein des mutuelles que les jeunes salariés de l’ESS ont un poids plus important dans les effectifs, soit 22,3% des salariés des mutuelles.

 Niveaux de qualification et de rémunération. Seulement 6,4% des jeunes salariés de l’ESS sont des cadres, la majorité a donc le statut d’employé.

Quant au salaire moyen perçu par les jeunes dans l’ESS, il est globalement inférieur à celui du reste du privé et du public. Pour un équivalent temps plein (ETP), le salaire moyen brut est de 1 780 € pour un jeune salarié dans l’ESS. Dans le secteur privé hors ESS, il s’élève à 1 933 €.

Certains secteurs d’activité se distinguent et proposent de meilleures rémunérations aux jeunes travaillant dans une structure de l’ESS par rapport à ceux travaillant dans le privé hors ESS : notamment le secteur du commerce, de la santé humaine ou encore l’hébergement et la restauration. Mais, selon une tendance générale, le secteur privé hors ESS offre en moyenne de meilleures rémunérations aux jeunes.

 Perception des employeurs sur les jeunes. Celle-ci est issue de l’enquête du CNRESS2 effectuée au début de l’année 2013 auprès de 110 établissements employeurs du Nord-Pas-de-Calais.

Il faut savoir que 46,4% des employeurs interrogés pensent que les jeunes sont plus sensibles aux valeurs de l’ESS. Mais seulement 28,2% des employeurs pensent que les jeunes connaissent mieux les entreprises et les métiers de l’ESS.

Les employeurs ont globalement une représentation positive de l’emploi des jeunes, puisque 47,7% des employeurs déclarent être satisfaits par l’emploi des jeunes.

Pour la plupart des employeurs, les jeunes sont sensibles aux principes et pratiques qui caractérisent les métiers de l’ESS comme l’éthique, la solidarité, le travail collectif ou encore la participation.

De plus, nombreux sont les employeurs qui portent une attention particulière aux profils des jeunes qui disposent d’une expérience en ESS. Ainsi, pour 64% des établissements de l’ESS, une première expérience dans l’ESS est plutôt importante (40%), voire très importante (24%).

Il est à souligner que les employeurs de l’ESS sont nombreux (69%) à accueillir des stagiaires au moins une fois par an.

Au sein des établissements de l’ESS, le CDI est majoritairement proposé aux jeunes, et 50% d’entre eux sont à temps plein. La principale évolution proposée aux jeunes porte sur leur montée en compétences, alors que certains privilégieront une évolution de leur rémunération ou une montée en responsabilité.

A moyen terme, la moitié des établissements de l’ESS participants à l’enquête affirment que des postes se libéreront et seront accessibles aux jeunes salariés afin, notamment, d’assurer le développement de leur activité.

Pour l’avenir, il est crucial que l’ESS soit plus connue des jeunes car elle propose de vrais parcours professionnels. Pour cela, il est nécessaire d’agir activement pour développer des liens avec les acteurs de la formation et de l’emploi , développer aussi de réelles possibilités d’évolution pour les jeunes salariés.

 1. Réalisée en lien avec l’Observatoire national de l’économie sociale et solidaire (porté par le Conseil national des CRESS), avec le soutien de l’Etat, de la Région Nord-Pas-de-Calais et du Département du Pas-de-Calais.

2. Conseil national des chambres régionales de l’économie sociale et solidaire.