Conférence Nordbat «Entrepreneurs, utilisez les aides pour mieux vendre»

L’exemple gagnant-gagnant dunkerquois

Publié dans l'édition Nord N. 8640 par

Une thermographie réalisée en 2004 sur l’agglomération dunkerquoise a donné naissance au dispositif Réflexénergie. Pilotée par la CUD, l’opération s’appuie sur la qualification d’une filière professionnelle et la création d’un fonds d’aide aux particuliers.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Représentant de la communauté urbaine de Dunkerque, Arnaud Duquenois interviendra sur le thème «Surfez sur les subventions et aides financières pour accéder aux nouveaux marchés : entrepreneurs, utilisez les aides pour mieux vendre». Le responsable du service énergie vient présenter le dispositif Réflexénergie, mis en place sur le territoire communautaire en 2006. Initié par la CUD pour inciter les particuliers à isoler leur habitation et limiter les déperditions de chaleur, le dispositif est aujourd’hui un argument de vente supplémentaire pour les entreprises qui se sont complètement approprié le sujet. «Quand on a démarré, on a démarché des entreprises du territoire qui faisaient de l’isolation. Mais à l’époque c’était une activité annexe, la filière isolation n’existait pas», resitue Arnaud Duquenoy. Malgré tout, les entreprises adhèrent à la démarche. La CUD met alors une liste de sociétés dunkerquoises, labellisées « Bleu ciel EDF », à disposition des particuliers souhaitant effectuer des travaux d’amélioration de la performance énergétique de leur logement (isolation toitures et murs, chaudière, bouquet de travaux, solaire, etc.). Elle leur octroie pour ça une subvention (600 000€ par an) dont le montant est fixé pour chaque dossier en fonction de différents critères (revenus, surface à isoler, etc.). Et les particuliers sont au rendez-vous. Entre 2006 et 2009, 217 travaux d’isolation sont réalisés dans le cadre du dispositif. En 2010, en plus de signer la charte rattachée à l’opération, les entreprises qui souhaitent intégrer Réflexénergie doivent disposer de la qualification Qualibat et distinguer dans leurs devis et factures le poste isolation et la résistance des matériaux. Très vite, la CUD a également engagé des partenariats avec la CAPEB et la FFB «pour qu’ils mobilisent leurs adhérents et pour qu’ils développent dans leurs catalogues des formations, formations qu’on a réussi à mettre en place en local», précise Arnaud Duquenoy. Cette année, dès le 1er avril, les entreprises devront en plus être labellisées RGE (« Reconnu garant de l’environnement ») qui deviendra une norme obligatoire pour les crédits à taux zéro au 1er janvier 2015, et pour l’écoprêt à taux zéro dès le 1er juillet prochain. Autrement dit, pour figurer sur la liste de la CUD, les compétences et la qualité des prestations des entreprises en matière de performance énergétique devront être avérées. Pour s’en prévaloir, elles doivent suivre un processus de formation FEEBAT de deux jours, ponctué par un test d’évaluation, lequel valide ou non la norme RGE. «Aujourd’hui, on a une liste de 83 entreprises qui sont capables de faire des travaux d’isolation, dont 26 sont déjà qualifiées RGE», se félicite Arnaud Duquenoy. «On a réussi à structurer une filière sur le Dunkerquois, et en plus c’est une filière qualifiée, poursuit celui-ci. Avec Réflexénergie, on est dans le soutien à l’emploi et à l’économie locale : à plus de 96%, les travaux sont réalisés par des entreprises de notre territoire, et 1€ de subvention CUD génère 11€ de chiffre d’affaires. Et puis surtout, si au début c’était nous qui mobilisions les particuliers pour qu’ils se rapprochent des entreprises, maintenant ce sont les entreprises qui nous renvoient les particuliers. Elles se sont totalement approprié le dispositif et se servent de nos aides comme argument supplémentaire.» Pari réussi. Depuis le lancement de l’opération en 2006, près de 3 M€ de subventions ont été accordés par la CUD, 32 millions de kWh annuels sont économisés, et  le rejet de 7 500 tonnes de CO2 est évité chaque année. «On est dans un principe gagnant-gagnant», conclut le technicien. Plus de détails sur le salon.