L’enseigne Les Appâts de l’Artois ouvre à Bruay-la-Buissière

Quand la pêche devient tendance

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 8635 par

Un regard nouveau sur la pêche, c’est ce que propose l’enseigne Les Appâts de l’Artois. Le concept décliné par Germain Woets fonctionne à merveille et un second magasin s’est ouvert à Bruay-la-Buissière.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

D.R.

Germain Woets commercialisera bientôt sa propre marque de cannes à pêche.

Avec un père champion de France et d’Europe, Germain Woets est tombé dans le milieu de la pêche tout petit. Le sujet le passionne et il en a fait son métier. D’ailleurs, à tout juste 30 ans, il est en train d’écrire une jolie success story démarrée en 2007. «J’ai commencé en tant que grossiste en appâts vivants. En 2009, j’ai évolué et je suis devenu détaillant d’articles de pêche», se souvient l’intéressé. Suite à cette transition, les choses vont s’accélérer et Les Appâts de l’Artois devient une référence dans son domaine d’activité. L’entreprise s’installe d’abord dans une dépendance de la maison familiale et la première année les résultats dépassent largement les objectifs : « J’avais prévu de réaliser 100 000 euros de chiffre d’affaires lors du premier exercice et j’ai atteint les 600 000 euros.» Ayant besoin de place, le jeune homme migre par la suite sur la zone commerciale de Loison-sous-Lens. Poursuivant son ascension, il vient d’ouvrir une seconde boutique sur le parc de la Porte-Nord. «C’est un choix stratégique car la zone commerciale bruaysienne dispose d’une grosse attractivité. Cette implantation permet de toucher une clientèle située dans le Béthunois et le Bruaysis, mais aussi issue du Ternois, de l’Audomarois et même de la Côte d’Opale», précise Germain Woets. Son enseigne accueille des pêcheurs chevronnés qui viennent d’autres régions de France mais également des Pays-Bas, d’Angleterre et de Belgique. Ce succès s’explique par une connaissance sans faille de la pêche mais également  par une stratégie commerciale particulièrement bien pensée, comme le souligne Germain Woets : «Les Appâts de l’Artois s’adresse aux pêcheurs initiés mais également aux débutants. J’ai voulu faire de ce loisir, qui peut sembler vieillot, quelque chose de tendance. Nous sommes très présents sur les réseaux sociaux. Chaque semaine, on crée un buzz afin qu’on parle de nous.»

 La boutique du XXIe siècle. Et la recette fonctionne car plus de 50 000 personnes sont abonnées au magazine vidéo créé sur le web par ce jeune entrepreneur. Faire découvrir la pêche demande aussi une propension à savoir conseiller et orienter les clients. Ainsi, Les Appâts de l’Artois compte dix salariés et tous sont pêcheurs.

L’enseigne a aussi développé ses propres marques : «Nous fabriquons nos amorces dans notre atelier. On essaie de révolutionner les choses et bientôt nous aurons notre propre marque de cannes à pêche. Nous sommes les premiers à faire cela à ma connaissance. Une structure comme la mienne se doit de produire et d’innover.» Le magasin de Bruay-la-Buissière a été conçu dans cet esprit, comme le confie Germain Woets : «Je l’ai pensé comme un pêcheur le voudrait, chaque type de pêche a son rayon et son conseiller attitré.»  

Récemment Germain Woets a lancé un site internet de vente en ligne. Mais son ambition va plus loin car il souhaite développer un système de franchise dans un futur proche et implanter des Appâts de l’Artois dans d’autres régions de France, voire dans des pays limitrophes.