Le très haut débit dans le Nord-Pas-de-Calais

Une réalité à horizon 2019

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 8641 par

 Convaincus de la nécessité de garantir l’aménagement numérique du territoire et de travailler pour l’inclusion numérique, les départements du Nord et du Pas-de-Calais ainsi que le Conseil régional ont décidé de mettre en œuvre une politique volontariste de déploiement du très haut débit (THD) par la fibre optique dans les zones non couvertes par les […]

D.R.

Patrick Kanner, président, et Philippe Rapeneau, vice-président, lors de la présentation à Arras du nouveau Syndicat mixte Nord-Pas de Calais numérique.

 Convaincus de la nécessité de garantir l’aménagement numérique du territoire et de travailler pour l’inclusion numérique, les départements du Nord et du Pas-de-Calais ainsi que le Conseil régional ont décidé de mettre en œuvre une politique volontariste de déploiement du très haut débit (THD) par la fibre optique dans les zones non couvertes par les opérateurs privés.

 Création d’un syndicat mixte numérique. Un schéma directeur régional d’aménagement numérique (SDAN) du territoire a été adopté début 2013 par les trois collectivités. Simultanément, la création d’un syndicat mixte ouvert a été décidée pour en faciliter la mise en œuvre et réaliser des études pour la conception, la construction, l’exploitation d’infrastructures de communication électronique dans le cadre du SDAN. Ce syndicat a également pour ambition de réfléchir au développement des services et usages numériques, facilités par le déploiement du très haut débit, notamment sous l’angle de la mutualisation de services numériques entre collectivités au profit de l’usager. Patrick Kanner, président du Syndicat mixte Nord-Pas-de-Calais numérique, a présenté dernièrement à Arras les grandes orientations et le programme opérationnel du Syndicat. Huit mégas est le débit minimum que le Syndicat souhaite à l’échéance 2019.

 Un investissement de 500 Mds€. L’Etat prévoit d’investir 3 Mds€ sur les 20 milliards du projet, l’objectif est d’instaurer une égalité entre les territoires. Le chantier est important car la couverture numérique entre zone urbaine et rurale est inégale, notamment dans le Pas-de-Calais avec 895 communes. Patrick Kanner dégage deux phases dans le déploiement : «un accès à une offre de services triple play à cinq ans pour tous les foyers, avec 80% de fibre, puis achèvement de la pose de fibre dans la seconde phase». L’investissement est de l’ordre de 500 Mds€, «mais nous escomptons 250 millions de recettes». L’investissement dans le très haut débit devrait également favoriser l’économie locale. «Selon la mission THD, 1€ investi correspond à 6€ d’impact sur le PIB et pour la Banque européenne d’investissement ; 10% de taux de pénétration supplémentaire correspondent à 1% d’augmentation du PIB», précise Patrick Kanner. Les équipements doivent répondre aux attentes de 4 millions d’habitants, 250 000 entreprises et 15 000 établissements publics.

 Le Syndicat au sein de la citadelle d’Arras. Une task force est implantée au sein de la citadelle avec Fabrice Douez à sa tête. Cinq personnes ont été recrutées avec pour missions la réalisation d’études pour la conception, la construction et l’exploitation d’infrastructures de communication puis l’élaboration d’une stratégie de développement des services. Patrick Kanner indique que ces missions sont amenées à évoluer : «Nous sommes là pour imaginer les usages du futur.» Philippe Rapeneau, vice-président, a salué l’implantation à Arras : «C’est un beau symbole du mariage entre le privé et le public.»