Embrasement du beffroi d’Arras

«Arras ville martyre»

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 9500 par

Les fêtes d’Arras se sont achevées avec l’embrasement du beffroi, rendez-vous traditionnel des Arrageois, pour la première fois sur deux soirées, le samedi 6 et le dimanche 7 septembre.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

D.R.

Le beffroi d’Arras était le point de mire de tous les regards des spectateurs.

Comme chaque premier dimanche de septembre, ainsi que le veut la tradition, la place des Héros a accueilli des milliers de spectateurs pour ce rendez-vous festif et populaire sur deux dates avec un même spectacle. L’objectif pour la Ville d’Arras était d’offrir un meilleur confort au public et surtout de satisfaire le plus grand nombre de spectateurs (le samedi pour les enfants). Le thème retenu, «Arras ville martyre», a marqué un renouvellement de l’embrasement du beffroi. Durant près de 30 minutes, les spectateurs ont découvert un spectacle alliant son, lumière, mapping, texturisation, projection 3D et pyrotechnie froide sur la guerre 14-18 telle que vécue à Arras. Pour y parvenir, le prestataire, la société Lacroix-Rugieri, pour un budget annoncé à 134 000 €, a utilisé l’architecture de la place des Héros grâce à un spectacle imaginé à 360 degrés, avec projection d’images sur les façades des maisons et du beffroi transformés ainsi en écrans géants.

 Le centenaire 14-18 mis à l’honneur. La ville d’Arras a rejoint le rang de ville martyre de la guerre, au même titre que Reims, Verdun, Soissons et Ypres. A travers le spectacle, véritable marqueur de l’histoire de France et locale, les Arrageois − le chiffre de 15 000 personnes sur les deux soirées est évoqué − ont pu découvrir ou redécouvrir des pans de l’histoire d’Arras (la destruction du beffroi en 1914, la bataille d’Arras en 1917, la libération de la ville le 1er septembre 1944 après quatre années d’occupation, etc.)  « Capitale régionale de la mémoire », Arras ne pouvait pas faire autrement que de célébrer le centenaire de la Grande Guerre à travers ce rendez-vous apprécié par la population. L’occasion était unique pour la ville de valoriser son patrimoine, son histoire et de lancer sa deuxième saison du programme de commémoration.