Cap sur la consommation porcine de proximité

Publié dans l'édition Nord N. 8693 par

Le Conseil général du Nord et La chambre d’Agriculture régionale travaillent ensemble dans le cadre d’une convention pour soutenir les agriculteurs et les éleveurs de la Région. Une dizaine d’axes de travail sont élaborés parmi lesquels la diversification du milieu rural, l’amélioration de la qualité sanitaire, le développement de la filière biologique, une aide sociale adaptée en cas de difficultés ou encore le développement des filières de proximité.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

CAPresse 2014

Un élevage porcin labellisé dans le Haut Pays de Flandre à Zegerscappel.

Dans la ferme familiale de Zegerscappel, Jérôme Janssens, 24 ans, affiche sa détermination. Après un BEP et un BAC professionnel agricole avec une spécialité dans l’élevage des porcs et deux années passées au service de remplacement où, de ferme en ferme, il a enrichi son savoir-faire, il vient de rejoindre l’exploitation familiale. Il réussit à convaincre ses parents de développer l’élevage de porcs. Inscrit à l’association des viandes de porcs des Hauts Pays, il observe un cahier des charges rigoureux. A la tête aujourd’hui de 150 truies, il relève le défi. Les 63 hectares de terre lui servent à cultiver ses céréales, principales nourritures pour les cochons : blé, orge, lin mais aussi des pommes de terre et de la chicorée. Environ une vingtaine d’éleveurs adhèrent à ce label des Hauts Pays qui garantit un respect de l’animal et une excellente qualité de viande. 50% de son élevage est destiné aux bouchers artisans et le reste aux collectivités, aux établissements scolaires et la grande distribution.

Penser local.

Aujourd’hui, tout l’enjeu est là : encourager la consommation des produits locaux à tous les niveaux afin de pérenniser le développement des producteurs locaux, gage d’une conservation minimale de la valeur ajoutée dans les territoires. C’est aussi le combat qu’a engagé Martine Filleul, vice-présidente du Département du Nord, déléguée à l’Aménagement du Territoire, du Développement économique et du Développement rural, aux côtés des représentants de la Chambre d’Agriculture lors d’une visite au début du mois. Avec les porcs des Haut Pays, il faut compter aussi sur les volailles des Hauts Pays ou encore sur le veau. L’équipe s’est attelée à un travail de sensibilisation auprès des maisons de retraite, des collèges, des collectivités, pour qu’ils consomment «local». L’achat de produits locaux de qualité représenterait un surcoût de 15 % pour ces établissements ; un surcoût qui pourrait aisément être absorbé par une meilleure gestion des produits de saison, leur grammage, et moins de déchets au bout de la chaîne.

 

Signature : Lucy Duluc