Dans quelle mesure un prix de la création favorise-t-il le développement de l’activité ?

Publié dans l'édition Nord N. 8690 par

Pour bien des dirigeants lauréats, les avantages de se voir décerner une distinction pour son acte d’entreprendre se mesurent à divers niveaux : financier, psychologique, en termes d’accompagnement et de réseau.

C’est très rarement le facteur décisif de réussite, mais c’est bien souvent un coup de pouce. Etre lauréat d’un prix de la création pour un chef d’entreprise se traduit par des retombées  diversement appréciées. C’est d’ailleurs l’un des aspects de la dynamique entrepreneuriale : la valorisation de celles et ceux qui s’illustrent par la création de richesses économiques. Si, en particulier dans le Nord-Pas-de-Calais, le champ entrepreneurial regorge de ces prix et distinctions dont quelques-uns sont remis au salon Créer (voir encadré), c’est bien parce que les organismes et structures d’accompagnement qui les remettent en mesurent toute la portée.  

Il n’existe pas à ce jour d’étude sérieuse réalisée autour de l’impact des distinctions sur le développement des entreprises distinguées. S’il y a quelques divergences sur ce que les dirigeants lauréats disent avoir ressenti, les points semblent toutefois converger sur certains aspects, notamment financiers. A la BGE, structure d’accompagnement qui remet les prix des concours Talents tous les ans à Lille Grand-Palais au salon Créer, le prix comprend bien souvent un volet financier sous forme de chèque d’un montant de 3 000 €. «On estime que les porteurs de projet que nous accompagnons démarrent avec un capital de 30 000 € en moyenne, explique Hervé Le Marois, directeur de la BGE Hauts de France. Cette somme de 3 000 € représente environ 10% de leur capital, ce qui n’est pas négligeable.» Une récompense financière qui renforce la trésorerie de l’entreprise. «Pour moi qui suis partie de zéro, cette somme m’a permis d’investir dans du matériel», fait savoir Lidwine Dupont, lauréate en 2011 des concours Talents et qui a créé un an plus tôt Lili Cani Mobil, un concept de toilettage mobile dans un camion aménagé à Bailleul et environs. Ludovic Bourgain, dirigeant de Rêve d’Ô, installateur d’aquarium à Hazebrouck et lauréat en 2013 du même concours, affirme : «Cette récompense financière a renforcé ma trésorerie et m’a permis d’avoir une certaine souplesse auprès de mes fournisseurs.»

Sur ce volet financier, la récompense ne consiste pas toujours en don d’argent, mais aussi en prêt d’honneur. C’est le cas pour des organismes tels que LMI innovation, le Réseau Entreprendre Nord… Jean-Luc Barbet, patron de Scrypto Systems, éditeur de logiciels à Lezennes,  lauréat Nord Entreprendre en 1989, fait savoir : «A une époque où trouver un business angel n’était pas aussi aisé qu’aujourd’hui, le prêt d’honneur a été très utile au démarrage.» De plus, un prix confère à un projet un surcroît de crédibilité, permettant ainsi de faire effet de levier auprès de financeurs.

La distinction comme facteur économique de développement de l’activité se mesure aussi en potentiel de marché. Jimmy Crombez, dirigeant d’Adibox, éditeur de logiciels à Lille, reconnaît avoir rencontré un certain nombre de ses clients au sein du réseau LMI innovation dont il a été lauréat en 2012.  

Recevoir un prix peut se traduire par des retombées dans un autre domaine purement technique. Les prix sont remis  au terme d’un processus d’accompagnement ou donnent droit à un accompagnement. Or, il est désormais acquis que les projets accompagnés voient leurs chances de survie démultipliées. On estime que le taux de survie à cinq ans dépasse les 75% pour les projets accompagnés et à peine plus de 50% pour ceux qui ne l’ont pas été.

Il y a aussi l’impact psychologique de se sentir valorisé. «Au démarrage, j’étais hésitant, de peur d’échouer, reconnaît Jean-Luc Barbet. C’est vrai que le fait d’avoir été retenu par Nord Entreprendre a été pour moi comme un feu vert.» Et Ludovic Bourgain d’ajouter : «C’est une reconnaissance qui encourage et qui motive.»

Des trophées de création au salon Créer 2014 : où et quand ?

Lundi 15 septembre
− Trophées Créer : 18 h 30 – auditorium Vauban

Mardi 16 septembre
− Grand prix VIE Nord-Pas-de-Calais : 17 h à 21 h – place des Entrepreneurs
− Concours Talents 2014 : 17 h 30 à 19 h 30 – salle Rotterdam
− Prix du concours de création/reprise Créa’Sup 2014 : 17 h 30 à 18 h 30 – salle Agora 3
− -Soirée des lauréats Réseau Entreprendre Nord : 18 h 30 à 23 h – auditorium Vauban

Mercredi 17 septembre
− Lancement du trophée FCE Grand-Lille «Elles créent en Nord-Pas-de-Calais» : 10 h – place des Entrepreneurs

Les trophées Créer pour la première fois

C’est la grande nouvelle arrivée dans le paysage des prix et distinctions entrepreneuriaux. Les trophées Créer, sponsorisés par la Caisse des dépôts notamment, distinguent «les réussites entrepreneuriales» dans quatre grands territoires de la région : Flandres Métropole, Hainaut-Cambrésis, Littoral, Artois. Ils seront remis le 15 septembre, jour d’ouverture, pendant la Nuit du salon Créer, grand show entrepreneurial dont l’invité d’honneur cette année n’est autre que le chef étoilé Thierry Marx.