AQUARESE POURSUIT SON DÉVELOPPEMENT

“Sans Finorpa, nous partions à La Ciotat !”

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 9501 par

Implantée à billy‑ berclau, l’entreprise aquarese vient pour la troisième fois de bénéficier d’un financement de Finorpa sous la forme d’un prêt participatif. Son développement se poursuit.

En 1988, trois jeunes ingénieurs de l’Ecole nationale supérieure d’arts et métiers (Ensam) se rencontrent. L’un d’eux réalise sa thèse sur une technologie alors émergente : la découpe par jet abrasif. Les trois étudiants décèlent rapidement dans ce procédé une véritable opportunité et décident donc de créer une entreprise dès la fin de leurs études. En véritables pionniers sur un marché encore peu développé tant en France qu’à l’étranger, ils fondent Aquarese, une entreprise dont la technologie rencontre un vif succès. Près de 26 ans plus tard, le succès est encore au rendez-vous.

L’un des derniers constructeurs de machines spéciales dans le Nord-Pas-de-Calais.
Implantée à Billy-Berclau, au sein du parc industriel Artois Flandres, et dirigée par Patrick Dargent – l’un des trois créateurs –, la société compte aujourd’hui 42 salariés, dont un tiers d’ingénieurs, et son chiffre d’affaires atteint les 5 M€. Son secteur d’activité ? Aquarese conçoit et construit des machines qui permettent de découper grâce à la haute pression (eau pure et eau abrasive) toutes sortes de matériaux. Chacune de ses réalisations est conçue ou adaptée en fonction des besoins des clients, ce qui fait de cette entreprise l’un des derniers constructeurs de machines spéciales dans le Nord-Pas-de-Calais. Reconnue à l’international pour son niveau d’expertise technique, elle participe à plusieurs programmes de recherches européens et investit beaucoup en R&D. En outre, au fil des années, Aquarese a continué de grandir et d’évoluer en ajoutant de nouvelles prestations à son catalogue. Par exemple, le décapage ou l’auto-frettage, c’est-à-dire le traitement à haute pression de pièces creuses. “Nous avons une image haut de gamme, nous construisons des applications très exigeantes, nos machines peuvent tourner 7 jours sur 7, 24 heures sur 24, et c’est cela qui nous différencie de nos concurrents”, explique Patrick Dargent, son dirigeant. Ses clients ? L’automobile et l’armement à qui l’entreprise de Billy-Berclau, certif iée ISO 9001 et EN 9100 pour la découpe, propose des procédés qui utilisent l’énergie de liquides à ultra haute pression (UHP) lors des opérations de découpe, de perçage, de décapage… Mais Aquarese se développe aussi dans l’aéronautique, autre domaine réputé pour son niveau d’exigence. Un exemple ? C’est dans ce secteur que les cadences de construction des avions ont été multipliées par cinq en dix ans ! En trois ans, l’aéronautique est devenue le premier client d’Aquarese. Le développement de l’entreprise de Billy-Berclau repose aussi sur la qualité et la stabilité de ses équipes1 , et du staff de direction qui porte le projet d’entreprise. “J’ai une grande confiance en l’équipe actuelle, c’est essentiel quand on a une PME qui veut grandir, l’entreprise doit être capable d’exister par elle-même et de construire son futur avec des partenaires“, explique Patrick Dargent.

Inde, Russie, Chine…
Au plan international, Aquarese s’est d’abord développée en suivant ses clients français implantés à l’étranger. Démarche classique. Puis, l’internationalisation s’est structurée grâce à une stratégie de prospection et de commercialisation vers des pays à forts potentiels tels que l’Inde, Israël, la Russie, l’Europe de l’est ou la Chine. L’entreprise a donc mis en place des programmes d’innovation très importants. Ainsi, elle lance ce mois-ci une nouvelle cellule de découpe robotisée pour des grandes séries dans l’aéronautique. Une machine 100% conçue par Aquarese ! Les projets et leur réalisation nécessitent un financement. C’est auprès de Finorpa qu’Aquarese a trouvé 200 000 € en prêt participatif, un financement venant s’ajoutant à ceux de bpifrance et d’autres banques. “C’est la troisième fois que Finorpa nous finance. Leur équipe nous a tout de suite compris et nous a apporté de précieux conseils. Au-delà du financement, leur écoute et leur vision stratégique nous ont beaucoup servi”, souligne Patrick Dargent. Avant de conclure : “C’est un vrai partenaire sur le long terme et sans Finorpa, nous partions nous installer à La Ciotat !”
1. Aquarese prévoit une quinzaine d’embauches d’ici 2016. www.aquarese.fr

Finorpa
Principal intervenant en fonds propres et quasi-fonds propres dans les PME du Nord-Pas-de-Calais, le groupe Finorpa compte deux véhicules d’investissements pour une capacité d’intervention annuelle de l’ordre de 20 M€ :
– Finorpa SCR :
investit en fonds propres dans les PME, intervient en période de création ainsi que durant les opérations de développement, transmissions et consolidation financière. Finorpa SCR est présente dans 160 entreprises régionales et gère environ 60 M€. A noter que Finorpa SCR détient également une participation de 50% au sein de Finovam qui accompagne les entreprises en phase d’amorçage. – Finorpa PP : intervient en quasi-fonds propres sous forme de prêts ou titres participatifs dans les PME régionales. Avec un portefeuille de plus de 200 entreprises, Finorpa PP gère un actif de plus de 30 M€. Finorpa SCR et Finorpa PP investissent seuls, ou conjointement, avec un autre outil du groupe ou réalisent des co-investissements avec d’autres sociétés, régionales ou nationales, de capital d’investissement. Depuis 2009, le groupe Finorpa gère le Fonds régional de garantie Nord-Pas-de-Calais (FRG) qui apporte une contre-garantie financière aux prêts à moyen et long terme accordés aux entreprises, principalement les PME, aux opérations de crédit-bail mobilier et immobilier, d’apports en fonds propres et créances professionnelles. Enfin, le groupe anime également la société Finorpa conseils qui accompagne le redéploiement des territoires sujets aux restructurations économiques, et ce, grâce à des opérations montées en partenariat avec les partenaires du territoire concerné. www.finorpa.fr

Quelques dates
Septembre 1988 : création de la société par trois étudiants de l’Ensam, dont Patrick Dargent, l’actuel PDG. Principale activité à ses débuts : prestation de découpe de différents matériaux de décoration comme la mosaïque, le dallage…
1990-1998 : développement du métier d’ingénieriste dans des activités de niche. Réalisations : découpe de la quasi-totalité du blindage du char Leclerc, développement de l’ingénierie dans le médical, l’agroalimentaire, le démantèlement nucléaire, l’automobile…
Depuis 1999 : locaux (2 500 m²) à Billy-Berclau. Développement de deux secteurs principaux : l’automobile et l’aéronautique. Statut d’expert dans l’ingénierie d’installations intégrant divers fluides à haute pression et l’automatisme.
Depuis 2003 : nombreuses machines à l’export (Grande-Bretagne, Italie, Turquie, Roumanie, Etats-Unis, Inde…).
2006 : création de la filiale Astiria robotique.
2009 : succès dans le secteur de la fonderie.
2014 : prêt participatif de 200 000 € par Finorpa.