Première pierre :

Bientôt 350 emplois de plus chez Armatis Calais

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 9511 par

L’immeuble commence à s’élever dans les airs mais il n’est jamais trop tard pour poser la première pierre : mission accomplie sur ce point, en cette fin novembre, devant le futur immeuble d’Armatis, zone Marcel-Doret à Calais. Le promoteur lyonnais Didier Caudart-Breille, à la tête de DCB international, a consenti un investissement de 7 millions […]

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Denis Akriche au moment de la pose de la première pierre devant son futur établissement calaisien.

Denis Akriche au moment de la pose de la première pierre devant son futur établissement calaisien.

L’immeuble commence à s’élever dans les airs mais il n’est jamais trop tard pour poser la première pierre : mission accomplie sur ce point, en cette fin novembre, devant le futur immeuble d’Armatis, zone Marcel-Doret à Calais. Le promoteur lyonnais Didier Caudart-Breille, à la tête de DCB international, a consenti un investissement de 7 millions d’euros pour un bâtiment de 4 200 m² qui sera « exemplaire, en particulier sur le plan de sa consommation d’énergie« . Ce bâtiment sera équipé  de 500 postes de travail, chaque poste pouvant être utilisé par deux opérateurs au cours de la même journée, compte tenu de l’amplitude de l’ouverture des bureaux. Denis Akriche, PDG d’Armatis, a exprimé sa satisfaction d’employer 613 personnes en CDI sur le site de Calais, dix ans après son ouverture. Il a indiqué que le déménagement sur ce nouveau site devrait entraîner la création de 350 nouveaux emplois sur trois ans.

En principe, DCB international devrait livrer le site en juin. Armatis devrait occuper l’été à équiper le bâtiment. L’entreprise devrait être opérationnelle dans ses nouveaux locaux dans les premiers jours de septembre. Cette pose de première pierre a mis fin au long feuilleton intitulé « Quid de la pérennité d’Armatis dans ses actuels locaux du quai de la Gendarmerie ? » : Armatis n’y restera pas. Philippe Marcotte, propriétaire des lieux, indique qu’il a des pistes pour relouer.