Chambre de métiers et de l'artisanat (59/62)

Des expérimentations présentées par Alain Griset

Publié dans l'édition Nord N. Rythmes scolaires par

A Caudry, à l’occasion d’un bureau décentralisé de la Chambre régionale de métiers et de l’artisanat qu’il préside, Alain Griset, également président national, a présenté des expérimentations et initiatives intéressant les chefs d’entreprise, les allocataires du RSA et aussi les écoles primaires du territoire. Ce bureau s’est tenu dans la nouvelle antenne de l’Université régionale […]

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Alain Griset à l’URMA de Caudry.

Alain Griset à l’URMA de Caudry.

A Caudry, à l’occasion d’un bureau décentralisé de la Chambre régionale de métiers et de l’artisanat qu’il préside, Alain Griset, également président national, a présenté des expérimentations et initiatives intéressant les chefs d’entreprise, les allocataires du RSA et aussi les écoles primaires du territoire.

Ce bureau s’est tenu dans la nouvelle antenne de l’Université régionale des métiers de l’artisanat de Caudry (URMA). Ouverte à la rentrée 2013, elle traduit, avec la reprise du site Formatech de Solesmes (racheté à la CCI Grand-Hainaut qui voulait le fermer), une stratégie de développement de ses activités dans le Cambrésis.

La première : profiter de la réforme des rythmes scolaires pour proposer aux écoles primaires, via les maires des communes et le Pays, la découverte de certains métiers de l’artisanat (ceux qui touchent à des fabrications pouvant intéresser les enfants et leurs parents).

La deuxième : la création en 2015, avec le Conseil général et Pôle emploi, d’un parcours de formation (d’insertion sociale et professionnelle) destiné à des allocataires du RSA. Ce serait au bénéfice de 30 demandeurs d’emploi de plus de 25 ans du Cambrésis.

La troisième annonce concerne une série d’actions communes à la Chambre de métiers et de l’artisanat de la région et à la Caisse d’épargne. On peut noter, d’une part, le test d’une offre commerciale concernant les frais de la protection juridique associée aux cartes bancaires, et, d’autre part, une facilité de trésorerie (liée au découvert toléré) conditionnée à un accompagnement des entrepreneurs par la Chambre (au niveau de la gestion). Cette action vise à aider les entreprises confrontées à ces retards ou/et défaillances de paiements qu’elles doivent apprendre à gérer.