ARC INTERNATIONAL, ARJOWIGGINS, HOLCIM…

L’Audomarois retient son souffle

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 9511 par

Le centenaire de la Grande Guerre a un goût très particulier pour les dirigeants et les salariés des fleurons industriels du Pays de Saint-Omer que sont le géant verrier Arc international (Arques), le papetier Arjowiggins (Wizernes) et le cimentier Holcim (Lumbres). A Arc international, longtemps annoncé comme repreneur, HIG capital a renoncé. Du coup PHP (Peaked […]

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

ML

ARC INTERNATIONAL, ARJOWIGGINS, HOLCIM et SICAL.

Le centenaire de la Grande Guerre a un goût très particulier pour les dirigeants et les salariés des fleurons industriels du Pays de Saint-Omer que sont le géant verrier Arc international (Arques), le papetier Arjowiggins (Wizernes) et le cimentier Holcim (Lumbres).

A Arc international, longtemps annoncé comme repreneur, HIG capital a renoncé. Du coup PHP (Peaked Hill Partners) revient sur le devant de la scène. Ce retour est plutôt perçu favorablement par les syndicats. Autre élément du dossier, la mise en place ou non d’un plan amiante qui permettrait le départ de plus de 1000 salariés, avec un coup estimé de 400 millions d’euros pour l’Etat. Perspective très aléatoire.

Pour Holcim, le contexte est différent. L’annonce de la fusion d’Holcim, n°1 mondial du ciment, et Lafarge, n°1 mondial des matériaux de construction, agite le landernau industriel et financier. Pour que cette fusion des géants français et suisse (poids total 32 milliards d’euros) soit acceptée par la Commission européenne et les autorités de la concurrence, le nouveau groupe doit se délester de 5 milliards d’euros d’actifs. L’usine de Lumbres ferait partie de la liste. Les 126 salariés seront fixés sur leur sort au premier semestre 2015. Qui des cimentiers (Heidelberg Cement, Votorantim…) ou des fonds de pension (Adia, CVC, Gic, Civen…) sera le repreneur de l’usine de Lumbres ?

Chez Arjowiggins, le mystère prévaut tant il est vrai que les discussions dans l’ombre peuvent achopper pour cause d’indiscrétions, de révélations ou de rumeurs parfois mal intentionnées. On sait qu’un ancien directeur de l’usine, François Vessière, a rencontré Pascal Lebard, directeur de Sequana, avant de se rendre au Conseil régional. La cellule de crise à la CASO a tenu une réunion en présence de Samia Buisine, la commissaire régionale du ministère de l’Economie, des Finances et de l’Industrie. On évoque avec insistance l’association de François Vessière avec Markku Hamalainen, un ancien directeur finlandais R&D à Corbehem (Stora Enzo).

Pour compléter le tableau d’une année «compliquée», un incendie a touché la papeterie Sical à Lumbres, et plus précisément la machine à papier. Ce sinistre survenu le 23 octobre dernier a provoqué le chômage partiel d’une cinquantaine de salariés.