Entretien avec Christophe Cappe, président du directoire Sia habitat

Le groupe Sia poursuit ses ambitions régionales

Publié dans l'édition Nord N. 8703 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

La résidence Jeanne-Leclerc à Lille-Fives.

La résidence Jeanne-Leclerc à Lille-Fives.

Malgré une période quelque peu morose dans la construction, le groupe SIA reste volontariste. «Il faut s’adapter à un marché de l’habitat plus complexe et plus concurrentiel. Ce n’est pas le moment de diminuer la voilure», analyse Christophe Cappe, président du directoire SIA habitat. Le troisième opérateur privé de logements sociaux en région, avec 43 000 logements gérés, s’est fixé l’objectif de lancer plus de 2 500 logements, d’en réhabiliter ou d’en rénover plus de 3 200 sur la période 2014-2016. Soit un investissement global de près de 671 millions d’euros. Aujourd’hui, le groupe finance 20 à 25% du prix de revient des logements neufs sur ses propres ressources (le reste se partage entre les emprunts auprès de la Caisse des dépôts et d’autres emprunts complémentaires). Des solutions de financement externe fortement soumises aux évolutions conjoncturelles : le financement d’une opération dépend d’emprunts, dont le taux est tributaire des évolutions du livret A, et de fonds propres de l’entreprise dont la part augmente du fait des diminutions des aides et subventions… «Le montage d’une opération est complexe et peut prendre entre trois et cinq ans. A nous de travailler en amont. Pour sortir 15 opérations, il faut travailler sur 60 et avoir un outil de production important. Nous voulons avant tout rester un acteur régional. Le groupe recherche donc du foncier pour assurer le développement dans les cinq à dix ans à venir», poursuit-il. Reste que les contraintes de l’accès au foncier sont toujours aussi importantes, notamment sur la métropole lilloise et le littoral où la guerre des prix empêche le lancement d’opérations et où le manque de foncier se fait ressentir alors que les demandes de logements explosent.

Accession à la propriété. Pour répondre à l’envie croissante des habitants d’être propriétaire de leurs logements, le groupe SIA favorise les parcours résidentiels et d’accession à la propriété. Ainsi, 100% des propriétaires sont d’anciens locataires du groupe. «Les conditions sont attractives dans un marché immobilier coûteux. On le sait peu, mais les deux tiers de la population peuvent avoir accès au logement social qui représente la moitié du logement locatif sur le marché», précise Christophe Cappe.

Une première agence mobile pour le groupe

Pour être plus proche des territoires et s’adapter au vieillissement de la société ou aux publics fragilisés, le groupe SIA a imaginé un accueil itinérant avec une agence mobile qui sillonne plus de 30 communes de la région. Comme dans les cinq agences «fixes» de Lille, Lens, Douai, Valenciennes et Nœux-les Mines, il sera possible de se renseigner sur la disponibilité des logements, de retirer ou de déposer des dossiers, de signer un bail, etc. «Nous allons expérimenter le principe durant six mois et si cela répond à un besoin, nous étendrons le dispositif», explique Christophe Cappe.