Base départementale de loisirs

Le parc d’Olhain à l’aube d’une nouvelle phase de développement

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 9510 par
Le parc dispose déjà d’un parcours aventure dans les arbres. Une nouvelle activité baptisée “Parcabout” permettra d’offrir de nouvelles sensations aux visiteurs.

Le parc dispose déjà d’un parcours aventure dans les arbres. Une nouvelle activité baptisée “Parcabout” permettra d’offrir de nouvelles sensations aux visiteurs.

La base départementale d’Olhain occupe depuis de nombreuses années une place importante dans la politique touristique départementale. «Créé en 1964 et doté du statut d’EPIC (établissement public industriel et commercial) en 1973, le parc d’Olhain, d’une superficie de 170 hectares, attire chaque année entre 300 et 350 000 visiteurs», présente Yannick Audineau, directeur du Parc.
L’équipement a un budget de fonctionnement de 3,5 millions d’euros, dont 1,5 million du Département dans le cadre de sa mission de service public, les 2 millions restants étant issus des activités commerciales, dont 50% rien que pour l’accueil et l’hébergement. Le parc d’Olhain emploie 45 ETP à l’année, avec une pointe à 80 en juillet et août.
Après une phase de progression soutenue en termes de fréquentation au milieu des années 1980, le Parc a cependant connu une désaffection du public à cause du manque de renouvellement de son offre. «Au cours des années 2000, nous avons doté le Parc d’équipements d’hébergement et de restauration afin de nous tourner vers la clientèle de groupe.»
Aujourd’hui, il s’agit de réaffirmer la position de la structure de loisirs dans le paysage touristique départemental. Pour cela, une étude sur son positionnement a été menée, qui laisse apparaître que le bon choix se situe autour des activités de loisirs : «C’est ce qui a fait la base du parc d’Olhain.» Un retour aux sources s’impose donc et «il va s’opérer en quatre temps», selon le directeur.
Le Parc départemental souhaite réaffirmer sa reconnaissance «en tant qu’acteur départemental incontournable en termes de loisirs de proximité, d’activités de pleine nature, d’accompagnement du développement du sport et de tourisme».

Un parcours de luge quatre saisons sera installé à l’extrémité de la grande plaine. Il permettra, comme en montagne, de pratiquer la luge en famille.

Un parcours de luge quatre saisons sera installé à l’extrémité de la grande plaine. Il permettra, comme en montagne, de pratiquer la luge en famille.

Projet 2014/2017. Pour devenir un pôle touristique régional incontournable, le parc d’Olhain s’est lancé dans une phase de transition. Et le directeur de préciser : «Nous avons réfléchi à ce que nous souhaitions pour 2020 et rédigé un plan de développement 2014/2017.» Celui-ci s’articule autour de quatre grands pôles, «le pôle loisirs de proximité à sensations, le pôle golf, le pôle service hébergement touristique et le pôle immersion et traitement paysagé».
Le pôle loisirs de proximité à sensations proposera à terme des activités innovantes grand public, accessibles au plus grand nombre, avec «un potentiel de rentabilité économique importante». Il s’agit pour le Parc de rénover et d’améliorer des structures existantes et d’en créer des nouvelles.
«Parmi les nouveautés, nous serons les premiers au nord de Paris à disposer d’une piste de luge quatre saisons de 650 mètres de long, avec 76 mètres de dénivelé», indique Yannick Audineau. En parallèle, un parcours de filets suspendus, «une sorte de système d’accrobranche sans les EPI de 3 000 m2». Plusieurs usages sont d’ores et déjà imaginés à partir de ce nouvel équipement, le plus grand du monde.

Le mini-golf du parc sera retravaillé de façon paysagère, il sera en gazon synthétique et accessible toute l’année.

Le mini-golf du parc sera retravaillé de façon paysagère, il sera en gazon synthétique et accessible toute l’année.

Conforter l’existant. Les autres travaux qui seront réalisés sur la base départementale auront pour but de la rendre plus attractive. «Nous allons commencer par redévelopper le pôle golf. D’importants travaux seront entrepris de manière à le passer de 9 à 18 trous.» Dans le même temps, il est question d’y adjoindre plusieurs services, avec une mise à niveau au regard des standards d’équipements touristiques. «Enfin, le club house sera complètement retravaillé et réaménagé.»
Cette extension devrait se faire assez rapidement. «Le conseil général du Pas-de-Calais est déjà propriétaire du foncier depuis un peu plus de deux ans », affirme le directeur.
Le pôle service hébergement touristique verra quant à lui sa capacité multipliée par trois, 100 lits seront ajoutés aux 50 existants. «Nous souhaitons aller chercher une clientèle plus haut de gamme, notamment les équipes sportives.» L’accueil de plein air sera pour l’occasion modernisé avec la création d’un hébergement insolite. «Notre objectif est de capter la clientèle de l’Euro 2016 en lui proposant un hébergement de plein air avec un bon rapport qualité/prix.»
Enfin, le Parc, qui a ouvert ses portes il y a plus de 50 ans, a bien besoin d’un lifting paysager. «Nous allons requalifier les espaces extérieurs, les itinéraires et complètement revoir les accès piétons et véhicules.» Les activités seront redispatchées et un belvédère sera créé.

Yannick Audineau va, à l’aide de ses équipes, propulser le parc d’Olhain vers de nouveaux horizons.

Yannick Audineau va, à l’aide de ses équipes, propulser le parc d’Olhain vers de nouveaux horizons.

Vers un parc plus rentable. Un investissement important de 20 millions d’euros sur trois ans sera consacré à ce projet de développement. «Il va permettre de repositionner l’équipement, le rendre plus attractif, plus autonome et d’accroître sa zone de chalandise», explique Yannick Audineau.
Les travaux de développement du parc d’Olhain commenceront début 2015 et se prolongeront jusqu’à l’été. L’objectif du directeur est de pouvoir ouvrir l’activité luge avant la fin de l’été. Suivront ensuite les autres aménagements détaillés précédemment.
En se repositionnant et en offrant d’autres activités, le Parc souhaite attirer une population plus importante, bien au-delà des frontières régionales. Il deviendrait ainsi une pièce maîtresse de la politique touristique départementale, plus autonome financièrement et plus rentable aussi. A suivre…