Formation

Les jeunes de l’e2c visitent des entreprises industrielles

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 9511 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

ACT'Presse

Les représentants du Crepi et le groupe de l’Ecole de la 2e chance de l’Artois devant les locaux de l’entreprise Artois plastiques à Houdain.

«C’est la première fois que nous organisons une action de ce type sur l’Artois. Notre vocation est de mettre en relation des entreprises et des partenaires avec des personnes éloignées de l’emploi et de l’industrie», soulignait Christian Lamare, président du Crepi (Club régional d’entreprises partenaires de l’insertion) Nord-Pas-de-Calais, initiateur de l’opération «La journée des ambassadeurs» qui s’est déroulée le 19 novembre.
Une visite d’autant plus importante qu’elle faisait écho à la présentation par Manuel Valls, le 21 novembre à Lens, du plan gouvernemental contre le décrochage scolaire. En effet, les jeunes qui fréquentent l’e2c de l’Artois sont en rupture avec le système scolaire « classique ».
L’opération menée par le Crepi a pour but de leur permettre de découvrir le monde de l’industrie qui souffre d’un manque cruel d’attractivité. «Nous sommes loin des ateliers pleins d’huile et de poussière. Aujourd’hui, l’industrie, tout comme les métiers du bâtiment, est beaucoup plus propre», poursuit le président du Crepi.
Une trentaine de jeunes ont ainsi pu visiter quatre entreprises et découvrir une grande diversité de métiers et de savoir-faire. «L’industrie recrute, forme et transmet ses connaissances aux jeunes. Elle propose des métiers d’avenir et générateurs d’emploi.»

Des entreprises volontaires. Les quatre entreprises (Lobel mécanique de précision, Artois plastiques, Créatique technologie et Deregnaucourt) qui ont ouvert leurs portes aux jeunes de l’e2c sont, de fait, des PME dynamiques qui se développent chaque année et qui sont à la recherche d’une main-d’œuvre performante, désireuse d’intégrer une filière porteuse. «Il est à mon sens tout à fait naturel d’ouvrir nos entreprises aux jeunes et leur permettre de découvrir nos métiers. Cela fait partie de la vocation économique, mais aussi sociétale des entreprises», souligne Jérôme Lobel, dirigeant d’Artois plastiques.
Actif dans le rapprochement école/entreprise, le chef d’entreprise est régulièrement au contact des jeunes pour leur faire découvrir les métiers de la plasturgie : «Nous prenons régulièrement des jeunes en immersion ou en stage dans le cadre de leurs études.»
Artois plastiques, Lobel mécanique de précision, Créatique technologie et Deregnaucourt s’impliquent fortement dans la formation et ont même, par l’intermédiaire du groupement I-mg, créé leur propre outil de formation : «Depuis 2012, nous proposons des formations dédiées à nos métiers spécifiques.»
Pour les jeunes de l’e2c, cette journée de visite était également l’occasion d’un travail de recherche d’informations sur les filières, les métiers et les entreprises de l’industrie. Le lendemain, le 20 novembre, ils devaient passer devant un jury et proposer une restitution, précisait M. Lohez, référent formation au sein de l’e2c de l’Artois.
Une manière de les faire travailler sur un projet professionnel et de faire en sorte qu’ils deviennent ambassadeurs de la filière industrielle.