Loulou B se développe via les réseaux sociaux

Une enseigne bien dans son temps…

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 9514 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

D.R.

Charlotte Bréfort fait preuve d’une grande maturité dans la gestion de Loulou B.

Du haut de ses 25 ans, Charlotte Bréfort sait où elle va. Suivant les traces de ses parents et grands-parents, la jeune femme a souhaité s’engager dans le commerce en lançant sa propre enseigne. «Je travaillais auparavant dans une clinique vétérinaire, mais j’ai toujours voulu créer ma propre activité. Le prêt-à-porter était un domaine que je connaissais et j’avais repéré le fonds de commerce que je voulais reprendre. J’ai pris des renseignements auprès de la plate-forme Artois initiative. Tout s’est enchaîné rapidement. J’ai démarré le projet en décembre et le magasin a ouvert ses portes quelques mois plus tard, en avril», explique Charlotte Bréfort.

A l’heure où les franchises se multiplient, l’intéressée  a souhaité prendre le contre-pied de cette tendance en développant sa propre enseigne. C’est dans cet esprit que Loulou B est née, comme le souligne la jeune dirigeante : «Quand on regarde autour de soi, on remarque que tout le monde porte sensiblement la même chose. Or les femmes recherchent l’originalité. J’ai donc voulu créér ma propre boutique et proposer des choses qu’on ne trouve pas partout. Je commercialise des pièces en quantités limitées et je propose des nouveautés chaque semaine, dans toutes les tailles, du XS au XXL. Je pensais toucher une clientèle très jeune au départ, mais Loulou B séduit également les mamans.»

Un atout n°1 nommé Facebook. La difficulté au départ aura été de dénicher les fournisseurs. La jeune femme s’est tournée vers la France, mais également l’Italie, pour débusquer les perles rares.  En ce qui concerne les accessoires de mode, tels que les bijoux, elle a appliqué la même méthode, obtenant des exclusivités comme la marque Grizzly Chéri.

La stratégie de Loulou B repose sur une présence importante sur les réseaux sociaux et notamment sur Facebook. «Il s’agissait de la clé pour réussir. Par ce biais, j’ai pu toucher un maximum de gens. Ma page compte plus de 21 000 abonnés et chaque semaine de nouvelles personnes me rejoignent», confie Charlotte Bréfort. La majorité de ses abonnés est recensée dans le Nord-Pas-de-Calais et, paradoxalement, la jeune femme compte plus de clientes dans le Nord que dans le Pas-de-Calais (60% contre 40%). Au quotidien, Charlotte Bréfort alimente sa page Facebook en présentant des produits nouveaux, en affichant des événements comme des flashes promo ou en mettant en ligne des astuces mode… «Il faut innover sans cesse. Progressivement, un climat de confiance s’installe avec les clientes. Certaines me demandent de mettre des choses de côté. Progressivement un cercle d’habitués s’étoffe.»    

Le magasin de Barlin n’a donc pas tardé à prendre son envol et Charlotte Bréfort a embauché une vendeuse. Elle ne compte pas s’arrêter en si bon chemin et, d’ici quelques mois, elle devrait ouvrir un second magasin à Valenciennes. «Cette seconde boutique sera plus vaste, je pourrais donc aménager un espace dédié aux petites filles.» A terme, Charlotte Bréfort souhaite implanter son concept dans d’autres villes de la région et, pourquoi pas, ailleurs.