Création

YMCO, une entreprise au service de tous vos projets équestres

Publié dans l'édition Nord N. 8704 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

D.R.

Yves Masquelier met au service de la clientèle sa créativité et une production de qualité.

Ancien commercial en spiritueux de La Martiniquaise et fort d’une expérience en tant que commissaire de piste sur les concours nationaux de saut d’obstacles pendant plus de 20 ans, Yves Masquelier opte en 2012 pour la voie entrepreneuriale. Depuis, l’entreprise YMCO apporte des conseils de choix pour la fabrication de matériel équestre sportif à une clientèle avisée.

Dans cette aventure, Yves Masquelier a été largement soutenu par les organismes connus de l’aide à la création et à la reprise d’entreprise. «Lors d’un salon des métiers à Lille, j’ai eu l’opportunité de rencontrer les acteurs dynamiques du réseau BGE. Cela m’a permis par la suite d’être aidé et accompagné afin de structurer mon projet d’entreprise. J’ai bénéficié d’un prêt NACRE et d’un prêt d’honneur via, respectivement, Nord actif et Initiative Nord-Pas-de-Calais.»

Des obstacles sur mesure. Reconnue pour sa grande expertise, sa créativité et son savoir-faire, la société YMCO recherche au quotidien la solution la plus conforme aux attentes de sa clientèle. «Selon le projet et les besoins exprimés, nous assurons à notre clientèle une conception sur mesure de leurs obstacles, tout en mettant une touche artistique et fonctionnelle», explique Yves Masquelier. Pour remplir cette exigeante mission, YMCO propose d’une part une large gamme de produits conçus et fabriqués dans ses ateliers, allant de l’obstacle standard à l’obstacle de prestige, en passant par l’obstacle de sponsor, et d’autre part des prestations variées d’une qualité exemplaire. «En fonction d’un besoin ponctuel, d’une contrainte de stockage ou encore en complément du parc d’obstacles, je mets à la disposition de mes clients des obstacles à la location et je remets également en conformité leur matériel», souligne Yves Masquelier.

Aujourd’hui, celui-ci souhaite avant tout stabiliser le niveau de son activité avant d’engager un processus de recrutement à moyen terme, soit trois à quatre ans.