A Calais, l'inauguration du fab lab

Du numérique pour faire muter Calais ?

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 9522 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

CAPresse 2015

Plus d'une centaine de personnes étaient réunis pour l'inauguration du fab lab. Ici, Claire Lefranc-Vanryssel, vice-présidente de la CCI Côte d'Opale.

Les acteurs politiques et économiques du Calaisis n’ont pas souvent l’occasion de célébrer un événement positif, le territoire accumulant les mauvaises nouvelles depuis quelques mois (MyFerryLink interdite de Détroit, Tioxide qui réduit des deux tiers son activité, le projet de parc d’attractions qui ne décolle pas…). Ils se sont retrouvés nombreux pour porter sur les fonts baptismaux le fab lab « de la Côte d’Opale » dixit Claire Lefranc-Vanryssel, vice-présidente de la CCI Côte d’Opale. L’histoire avait commencé avec l’appel à projets lancé par Arnaud Montebourg. Calais fut retenue avec 13 autres sites sur 154 candidatures déposées. Plus de deux ans plus tard, l’inauguration réunit tous les acteurs du Calaisis dans un des ateliers de la pépinière d’entreprises de la zone Marcel-Doret. Le fab lab dispose de 200 000 euros de l’Etat pour les deux prochaines années. Il bénéficie également des derniers fonds du plan de revitalisation Vivendi et de ceux de SNCF développement, qui participent avec 30 000 euros chacun. L’école d’ingénieurs de l’ULCO (EILCO) apportera quant à elle la matière grise. Le fonds de l’Agglomération dédié à l’innovation avait financé l’incubateur de start-up Tektos qui préfigurait ce type de dispositif.

Concentrer sur un site. Pour fonctionner, le fab lab s’appuie sur un manager et deux forgeurs (des responsables de laboratoires numériques) qui viennent en soutien des usagers. Ils se rendront également sur site grâce à leur véhicule qui transportera une partie des outils. Ce dernier sera complètement financé par la fondation Orange selon Claire Lefranc-Vanryssel. « Il faut passer de l’atelier au laboratoire, de la fabrique à la fabrication« , a déclaré Denis Gaudin, sous-préfet de Calais. Des voix se sont aussi fait entendre pour étendre ce dispositif à d’autres territoires de la Côte d’Opale. Natacha Bouchart, sénatrice-maire de Calais, avertissait cependant : « Ne commençons pas à nous disperser et concentrons nos énergies. Une fois qu’on aura fait la démonstration que ça marche, on pourra le dupliquer ailleurs. » Cela n’a pas fait ciller Dominique Chuffart, cadre chez SNCF développement, qui annonçait, à terme, l’implantation d’une antenne à Boulogne-sur-Mer. Le 18 mars prochain, le fab lab saura s’il peut bénéficier de la seconde tranche de subventions (100 000 euros). En attendant, le Pays du Calaisis (SYMPAC) a voté, le jour de l’inauguration, une convention sur le développement économique avec le Conseil régional : à la clé, 83 300 euros (6 000 euros du SYMPAC, 50 000 euros du Conseil Régional, 27 300 euros attendus d’autres partenaires). Les actions dédiées au numérique seront mises en œuvre par la CCI Côte d’Opale et l’association Tektos Business Club, indique le Pays du Calaisis.