Fabienne Buccio, nouvelle préfète du Pas-de-Calais

« Etre préfet est un honneur que fait la République »

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 9522 par

Originaire de Gap dans les Hautes-Alpes, Fabienne Buccio, 55 ans, a pris ses fonctions de préfète du Pas-de-Calais le 16 février. Après avoir été la première préfète de la Loire, elle est devenue la première femme à la tête de la préfecture du Pas-de-Calais.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

Lors de l’échange avec la presse, Fabienne Buccio s’est présentée simplement : “je viens comme je suis“.

Lors de l’échange avec la presse, Fabienne Buccio s’est présentée simplement : “je viens comme je suis“.

Une prise de fonction rapide. A peine arrivée dans le Pas-de-Calais, Fabienne Buccio a déjà connu le brouillard lors du traditionnel dépôt de gerbe place Foch à Arras, qui acte officiellement la prise de fonctions d’un préfet. Pour mémoire, son prédécesseur, Denis Robin, avait connu la neige lors de son arrivée le 5 mars 2012, il y a près de trois ans.

 « Etre préfet est un honneur que fait la République », affirme Fabienne Buccio sous forme d’acte de foi, pour poursuivre : « le préfet est en première ligne« , « je suis là pour faire mon travail de préfet, c’est une vraie responsabilité« . Elle s’estime « laborieuse« , de nombreux dossiers l’attendent : la réforme territoriale avec les intercommunalités, la fusion des deux régions, la négociation du contrat de plan, les dotations de l’Etat en baisse, etc. Dès le 1er mars, elle sera en devoir liée aux élections départementales, hors la Journée internationale de la femme le 8 mars et la commémoration du cessez-le-feu en Algérie le 19 mars. Bonne occasion de s’investir dans la connaissance des dossiers du département.

Un premier regard sur le département. Entre sa nomination et sa prise de fonction officielle, on peut imaginer que Fabienne Buccio n’a pas encore eu le temps de s’approprier les dossiers de son nouveau territoire, qu’elle avoue ne pas connaître. Ses échanges avec Denis Robin l’ont convaincu que « l’Etat a sa place dans ce département et n’est pas tout seul » avant d’ajouter, « le département est très intéressant, il a besoin de l’Etat« .

Bien évidemment, le dossier des migrants de Calais s’invite rapidement. De l’avis de la préfète, un « sujet à nul autre pareil en France, puisqu’il n’existe pas ailleurs (…), humainement compliqué. Il y a les lois de la République, il faut les faire respecter« . Cette situation préoccupante lui rappelle un épisode difficile vécu à Saint-Etienne, agglomération  de 400 000 habitants, où, faute de places disponibles, il n’était plus possible d’héberger qui que ce soit. Un travail important avec les élus permit de trouver une solution. Cette anecdote témoigne déjà d’une grande humanité, mais aussi d’une fermeté « qui n’empêche pas l’humilité« . Son premier contact avec la ville d’Arras s’est traduit par la visite du marché le samedi matin et la découverte du charme de la place des Héros.

Parcours de Fabienne Buccio

Diplômée d’un DUT de gestion des entreprises et des administrations à l’IUT de Grenoble, d’une maîtrise de droit public, Fabienne Buccio finalise sa formation par un diplôme d’administration publique (DAP) à l’Institut régional d’administration (IRA) de Lyon. Fabienne Buccio a débuté sa carrière en 1983 comme attachée à la préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, puis elle a gravi tous les échelons de la préfectorale, attachée de préfecture, chef de bureau, attachée principale, avant de devenir directrice de cabinet de plusieurs préfets. En 1998, elle devient sous-préfète en Corrèze, puis, en septembre 2000, en Basse-Normandie à Bayeux. A partir de juin 2003, elle passe quatre ans comme sous-préfète, puis préfète en service détaché auprès de Jacques Chirac, président de la République, en qualité de chargée de mission. Préfète de la Mayenne à Laval de mars 2007 à 2009, de l’Eure à Bayeux de mars 2009 à octobre 2011, puis de la Loire à Saint-Etienne pendant un peu plus de trois ans, avant de rejoindre le Pas-de-Calais ce 16 février. Par ailleurs, elle est chevalier de la Légion d’honneur et officier de l’ordre national du Mérite.