Finorpa : une année 2014 "paradoxale"

Le renouveau industriel, « besoin vital » de la région

Publié dans l'édition Nord N. 8713 par

Acteur qui compte depuis sa création en 1984 dans le financement de l’économie régionale, Finorpa, qui a connu en 2014 une « année paradoxale », a des rendez-vous importants en 2015 qu’a exposés sa présidente, Françoise Dal, lors des vœux Finorpa au palais des Beaux-Arts de Lille.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

D.R.

Les présidents des outils financiers de Finorpa dont, au premier plan, Bertrand Dubus, autour de Françoise Dal, présidente du holding de tête.

C’est en présidente « moins néophyte qu’au début et un peu plus, chaque jour, aguerrie à l’univers de la finance régionale » que Françoise Dal a introduit la cérémonie des vœux Finorpa au palais des Beaux-Arts le 21 janvier 2015. Une cérémonie de vœux, la cinquième depuis son accession à la présidence du holding du groupe et peut-être sa dernière selon « le temps de la vie politique et la vie démocratique« , axée sur l’importance du capital-investissement en région Nord-Pas-de-Calais.

Partenariat original à poursuivre. Rappelant qu’il y a dix ans, les partenaires régionaux − Conseil régional, CCI, bpifrance, CANF, CENFE, Apreva, Macif participation, Socoden, France active, Sodie et Bati-Lease −, avaient repris le Finorpa de Charbonnages de France, elle a souhaité que tous sachent « garder l’esprit qui nous anime dans l’accompagnement et le développement des entreprises régionales (…) avec cette originalité de notre partenariat public/privé que nous nous devons de préserver« . Elle les a invités à « continuer de jouer un rôle de premier plan dans l’économie régionale, dans l’accompagnement financier des PME au travers de nos différents métiers : les interventions en fonds propres et quasi -fonds propres, la garantie, la revitalisation des territoires« .

Quelques chiffres prouvent la bonne utilisation des 60 M€ de capital investis au départ : soutien de 195 entreprises par Finorpa SCR pour 74 M€ investis et de 320 entreprises par Finorpa PP pour 59 M€, soutien depuis sa reprise en 2009 de 358 projets pour 98 M€ par le Fonds régional de garantie, de 427 projets par le fonds Création et 44 missions réalisés par Finorpa conseils pour 45 M€ d’engagements financiers. Au final, Finorpa SCR est présente dans 122 entreprises et Finorpa PP, dans 159.

Présente à chaque étape clé de la vie de l’entreprise, l’activité de Finorpa se répartit, de l’amorçage et la création (20 %) à la transmission  (13 %), avec une prédominance des opérations de développement (53 %) et le solde (14 %)  en consolidation financière. Développant nombre de partenariats avec les organismes et syndicats professionnels, les CCI d’Artois et Grand-Lille, la Région, les fonds territoriaux de France active, les écosystèmes locaux, Batixia et l’Etablissement public foncier, Finorpa a investi ses fonds propres à hauteur de 70 M€ dans les entreprises régionales, avec une présence bien répartie entre les différents territoires de la région.

Au-dessous des 10 M€. Pour ce qui concerne l’année 2014, Françoise Dal n’a pu la qualifier d’« année de forte intervention » : « Ce fut une année paradoxale avec une activité des comités d’engagement plus forte que l’année précédente, mais avec une conjoncture tellement morose que les reports ou annulations d’opérations ont abouti à des versements et à un montant des garanties effectives mises en place dans le cadre du FRG en baisse. » Et de faire le constat d’un maintien des activités de financement du groupe au-dessus des 10 M€ (13,5 M€ en 2013) et d’un deal flow (flux d’affaires) « cependant élevé« , ainsi que d’une trésorerie solide.

Et 2015 ? « 2015 sera une année importante« , a indiqué Françoise Dal. Au-delà du renouvellement du pacte d’actionnaires, pour lequel « les actionnaires les plus importants ont manifesté explicitement leur volonté de poursuivre l’aventure« , elle sera celle de « la nécessité de diversifier les champs d’intervention, peut-être à travers une participation à des fonds spécifiques régionaux autour de la TRI, de la French Tech et du soutien au développement à l’international», du soutien renforcé en direction des entreprises de l’économie sociale et solidaire, des premiers dépôts espérés de dossiers auprès du Fonds interrégional d’amorçage à travers Finovam.

Pour se féliciter de la résistance du modèle Finorpa malgré une réglementation européenne qui admet mal l’exception française, Françoise Dal s’est faite le chantre de « l’intervention publique à travers des outils financiers, coordonnés, intelligents, aux côtés des partenaires comme les banques, des CCI ou d’autres fonds privés qui savent prendre des risques pour prévenir les hémorragies industrielles encore à venir dans la région », appelant l’Etat, à travers la bpi, à y « prendre toute sa place« , avec une allusion marquée en direction d’Arc international. Aux présidents des sociétés du groupe, aux partenaires de Finorpa, aux chefs d’entreprise présents, elle a lancé son (dernier ?) message de vœux : « Soyons au service de notre renouveau industriel et de la création de nos emplois. Notre région le mérite, elle en a surtout le besoin vital. »

Cette cérémonie des vœux a aussi été l’occasion de saluer Bertrand Dubus, président du Fonds régional de garantie, directeur financier et membre du directoire de la Caisse d’épargne Nord France Europe, qui a choisi d’exercer ses talents à Paris au sein du comité directeur de la Banque Palatine.