Sur la côte, les trafics des ports régionaux

Les trafics maritimes ont eu la cote en 2014

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 9522 par

Alors que la convention d’exploitation des deux ports régionaux est à la signature au Conseil régional et à la Chambre de commerce et d’industrie, les trafics des personnes et des marchandises donnent de l’espoir aux territoires littoraux. Retour sur des chiffres encourageants.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

CAPresse 2015

Le trafic du port de Calais a encore progressé, avec notamment 10 734 millions de personnes transportées en 2014.

Le Calaisis a beau traverser plus longtemps que d’autres territoires une période de crise profonde (notamment industrielle), le port de Calais affiche pour 2014 de très bons résultats. « L’ensemble des trafics de marchandises du port de Calais aura généré en 2014 plus de 43 millions de tonnes transportées (43 273 341 tonnes), représentant une hausse de 5 % par  rapport à 2013, meilleur tonnage jamais réalisé pour son activité de trafic de marchandises. Le port de Calais a bénéficié au cours de l’année 2014 de la reprise économique de la Grande-Bretagne amorcée en 2013. Le seul trafic fret transmanche s’élève à 42 719 266 tonnes, effaçant des tablettes les années records de 2006 et 2007« , indique la CCI Côte d’Opale, gestionnaire des installations. Côté fret, le trafic est encore plus soutenu avec 10 % de hausse par rapport à 2013. Son pic le plus haut de l’année se situe (comme toujours) l’été : le 8 juillet, plus de 8 000 véhicules ont transité par Calais. C’est la seconde plus forte affluence relevée d’un point de vue statistique… Le trafic passagers est au beau fixe avec 10 734 millions de personnes transportées (+4 %). Calais reste évidemment le premier port de voyageurs en France et le second en Europe, derrière Douvres. Ce trafic est aussi stimulé par la hausse de l’affluence des cars (près d’1,9 million, +6 %), alors que les véhicules traditionnels sont stables avec un flux de 40 départs/jour (15 000 escales annuelles). Il semble bien que trois compagnies (MyFerryLink, P&O, et DFDS Seaway) sur la ligne soient une formule adaptée aux tendances du marché.

Le projet Calais port 2015 signé sous les meilleures auspices. Au port de commerce, la bonne nouvelle de 2014 se transforme en véritable perte sèche pour 2015 : le site de production chimique de dioxyde de titane d’Huntsman-Tioxide arrête sa production et ses importations. Le minerai de titane a représenté 100 000 tonnes de vrac l’an dernier. Autre mauvaise nouvelle, le trafic des véhicules neufs exportés est passé sous la barre des 100 000 unités. Le port de commerce se rattrape par la forte hausse de l’activité des navires câbliers, « qui auront exporté et importé près de 25 000 tonnes de câbles sous-marins de fibre optique » indique la CCI CO. Son président, Jean-Marc Puissesseau, s’est félicité de ces résultats : « La reprise des trafics du port de Calais ces deux dernières années démontre toute l’importance et l’utilité du projet Calais port 2015. Cette nouvelle  infrastructure renforcera notre capacité à accueillir les flux de plus en plus importants entre l’Europe continentale et le Royaume-Uni, croissance confirmée par le chiffre record de 2014, et permettra de conforter notre place de leader pour le trafic de passagers et de  marchandises. » Cette année, il faudra gérer la préparation du chantier et trancher sur des questions fondamentales comme la nouvelle évacuation maritime des rejets de Tioxide. Le bras de fer entre syndicat et direction du site chimique ne manquera pas d’impliquer les autorités portuaires.

Des chiffres satisfaisants pour le port de Boulogne-sur-Mer

Même s’il part de très bas, le port de Boulogne-sur-Mer reprend (un peu) du poil de la bête en enregistrant une hausse de 3 % en 2014 sur son trafic pêche, avec 34 135 tonnes. La valeur de ces marchandises a dépassé 75 millions d’euros (soit +10 % de hausse de valeur par rapport à 2013). Le prix moyen du kilo suit cette tendance avec +6 % à 2,12 euros/kg. La variété des espèces a fait monter en valeur les marchandises. Le volume du cabillaud (très rémunérateur) a ainsi crû de 80 %, le tonnage de l’encornet a explosé de 120 %. Le tonnage du port de commerce est étal (+1 %, à 232 608 tonnes). Les marchandises agroalimentaires ont aussi tiré l’activité du port avec une hausse de 66 % (soit 10 220 tonnes). Boulogne bénéficie de même de l’augmentation de l’activité des Carrières du Boulonnais (+15 %), facteur de trafic pour 2015.