Le chantier de la réhabilitation du donjon de Bours avance à grands pas

Un centre historique qui devrait accueillir 20 à 30 000 visiteurs par an

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 9519 par

La communauté de communes du Pernois a lancé depuis quelques mois le chantier de la réhabilitation du donjon de Bours. Ce vestige historique va devenir la pierre angulaire d’un centre historique consacré au XVe siècle et un sérieux argument de développement économique lié au tourisme.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

D.R.

Le clos et le couvert du donjon ont été remis à neuf.

En à peine quelques mois de travaux, le donjon de Bours a retrouvé tout son lustre d’antan. Le clos et le couvert ont été restaurés ; la charpente et les menuiseries, remises à neuf. Enfin, les pierres de la façade ont été entièrement rejointoyées. Cette première phase des travaux de réhabilitation s’achèvera dans quelques mois. Elle se terminera par la restitution des voûtes originelles et, sur le site, les compagnons s’affairent. Ils sont en train de réaliser le gabarit et ces voûtes seront érigées à partir de grès et de pierres blanches.   

Ce gros œuvre  constitue le point de départ d’un vaste projet ambitieux qui va transformer ce bijou médiéval en un véritable centre historique. S’ensuivra une seconde salve d’interventions qui servira à restaurer l’intérieur du donjon et à implanter la scénographie. L’appel d’offres concernant ce lot a été lancé et le prestataire sera bientôt désigné. Ce dernier devra recréer l’univers du chevalier Colart de Mailly qui vivait dans le château au XVe siècle. Le centre historique de Bours retracera ainsi  le quotidien du seigneur à cette époque, dans sa demeure mais aussi à l’extérieur. L’interactivité sera un des éléments essentiels de cette reconstitution historique.

Une fois la scénographie achevée, la communauté de communes du Pernois a prévu de réaliser deux autres tranches, comme l’explique Christelle Denis, chargée de mission : «Nous entamerons ensuite les aspects consacrés à l’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite, ainsi que les aménagements paysagers. Enfin, la dernière partie sera consacrée à la construction du bâtiment d’accueil.»

Opération en quatre phases. Le coût de cette opération est estimé entre 1,2 et 1,5 million d’euros (530 000 € pour la première phase). La réhabilitation et la valorisation du donjon de Bours sont soutenues financièrement par l’Etat, le Conseil régional, le conseil général du Pas-de-Calais et la communauté de communes du Pernois. «En parallèle, nous avons également lancé une souscription publique via la Fondation du patrimoine. Des particuliers et quelques entreprises nous ont déjà aidés. Les généreux donateurs auront leur nom gravé sur un grès qui trônera au cœur du site», ajoute Christelle Denis.

Fédérateur, ce projet verra le jour à l’horizon 2016/2017. Il doit permettre de développer le tourisme sur ce territoire rural, rattaché au Pays du Ternois. En structurant cette  filière, les enjeux se veulent également d’ordre économique. En effet dans son sillage, le centre historique, qui devrait accueillir 20 à 30 000 visiteurs chaque année, doit entraîner l’émergence d’initiatives, telles que la création de gîtes, restaurants et autres services.   

La communauté de communes du Pernois travaille également en lien avec ses pairs des Sept Vallées afin que le donjon de Bours soit mis en réseau avec différents sites médiévaux : le Vieil-Hesdin, le château de Fressin et le centre historique d’Azincourt, traitant respectivement de la vie citadine durant l’époque médiévale, de la poliorcétique et de la guerre de Cent Ans. Ce travail en équipe va favoriser la construction d’une offre touristique commune à destination des visiteurs.