Hébergement d'entreprises

Un nouveau directeur pour la ruche d’entreprises de Douai

Publié dans l'édition Nord N. 8715 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

ACT'Presse

Stéphane Coquerelle lors de sa prise de fonctions à la direction de la ruche d’entreprises de Douai, aux côtés de la secrétaire de la structure et de son assistante.

Stéphane Coquerelle vient de prendre la direction de la pépinière d’entreprises de Douai. « Je viens du monde des réseaux de la création d’entreprise, j’ai fait mes armes à l’ADIE« , précise-t-il.
Un diplôme de l’Institut politique de Toulouse et une maîtrise d’aménagement du territoire en poche, l’homme connaît bien les problématiques auxquelles sont confrontés les porteurs de projet et les jeunes entrepreneurs pour avoir un temps repris une société de services. « Cette expérience, très enrichissante, m’a permis d’apprendre les rouages de la direction d’entreprise, son financement, et de connaître les erreurs qu’il faut éviter de faire.« 
Stéphane Coquerelle est finalement revenu dans le développement local sur le bassin d’emploi de Béthune, tantôt dans la médiation entre salariés et entreprises, tantôt dans le financement des TPE et PME. Courant 2014, celui qui avait déjà dirigé un incubateur a fait le choix de postuler à la direction de la ruche de Douai, se lançant ainsi un nouveau défi de taille.
« Une récente réforme du mode de fonctionnement des ruches et autres pépinières d’entreprises impose un passage du statut de EPA (établissement public administratif) à SPL (société publique locale). » Remettant en cause un mode de fonctionnement qui était en place à Douai depuis l’ouverture de la ruche en 2001, ce changement de statut est plutôt bien accueilli par les réseaux d’hébergement des entreprises, désormais obligés de travailler différemment.

Moment stratégique. Stéphane Coquerelle arrive donc à la tête de la ruche d’entreprises à un moment charnière et stratégique suite à ce changement de modèle économique. « Nous devons, aujourd’hui, trouver des solutions pour être le plus rentable possible et ne plus uniquement proposer un service d’hébergement et d’accompagnement. J’ai pour mission d’assurer cette transition et de projeter la ruche d’entreprises vers l’avenir.« 
Cela passera par un travail avec la communauté urbaine du Douaisis (CAD), qui possède la compétence développement économique. Stéphane Coquerelle doit aussi inscrire la pépinière dans le paysage local et au-delà des frontières de l’arrondissement afin d’attirer plus de porteurs de projet vers un secteur qui fait déjà preuve de beaucoup de dynamisme.
La ruche d’entreprises de Douai fait partie d’un réseau départemental et compte actuellement 14 entreprises [ndlr : 26 emplois, soit un taux d’occupation de l’ordre de 80 %] hébergées pendant quatre ans (renouvelable dans le cadre d’un développement). « Une fois sorties de notre réseau, elles peuvent intégrer un hôtel d’entreprises« , conclut Stéphane Coquerelle qui a d’ores et déjà commencé sa mission en organisant une petite cérémonie à laquelle les sociétés hébergées et les partenaires étaient conviés.