Terminal à conteneurs de Bruay-sur-Escaut et Saint-Saulve

Un pari sur le fluvial à grand gabarit

Publié dans l'édition Nord N. 8714 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

D.R.

Le portique à conteneurs ou, pont roulant spécialisé, serait le plus grand au nord de Paris. Il domine le quai à péniches sur l’Escaut et la plate-forme de stockage de 20 000 m2.

Ce terminal à conteneurs, bordant l’Escaut à grand gabarit, situé à la limite de Bruay-sur-Escaut et de Saint Saulve, au nord de Valenciennes, a été inauguré le 6 février. Les aménagements avaient été lancés en mars 2013. Son exploitation commerciale a officiellement démarré le 1er janvier 2015.

Ce site et surtout son gigantesque portique, monté sur rail, avaient déjà reçu une visite officielle en avril 2014. Il était, dit-on, le plus grand au nord de Paris, avec une hauteur de 23 m et un poids de près de 300 tonnes. Le record tient toujours apparemment. Cet engin se déplace sur 110 m le long d’un quai de 200 m et peut effectuer des opérations de transbordement de barges vers des camions (et vice versa), ainsi que des manœuvres de stockage. Le portique domine un terre plein de 20 000 m2, destiné au stockage des conteneurs (jusqu’à cinq empilés). Le site, entièrement clôturé, s’étend en tout sur 35 000 m2 et dispose d’un accès ferroviaire.  

Gain de temps. Au printemps dernier, on expliquait déjà que ce terminal intéressait les entreprises industrielles et de distribution du Hainaut tournées vers les ports d’Anvers, Rotterdam, Zeebrugge, Dunkerque… On citait par exemple Toyota à Onnaing, qui allait économiser trois à quatre heures de trajet en poids lourd pour ses pièces détachées débarquées à Anvers. Autres entreprises concernées disait-on : Oxylane (Decathlon), Soufflet (agroalimentaire), Michelin, sans oublier les entreprises de logistique.

Le trafic annuel du terminal a été estimé à 85 000 EVP (équivalent vingt pieds, la mesure des conteneurs) dans un premier temps. Une deuxième phase d’aménagement devrait porter la capacité à 120 000 EVP.

Un syndicat mixte. Ce projet (un investissement évalué à 9,5 millions) a été porté par le syndicat mixte Docks Seine Nord Europe Escaut, créé en 2012. Il est concessionnaire du port public de Valenciennes, Voies navigables de France étant propriétaire.

Le syndicat associe la CCI Grand-Hainaut et la communauté d’agglomération Valenciennes Métropole. Ces collectivités ont parié sur le transport fluvial en apportant, à parts égales, 40 % des financements nécessaires à cet ensemble cofinancé par le Conseil régional, le Département, l’Europe (via le FEDER à hauteur de 2,5 millions), et l’Etat.

Un des cinq quais « publics ». Cette appellation de port public de Valenciennes désigne en fait cinq sites : le quai de Bruay-sur-Escaut/Saint-Saulve, mais aussi les quais de Valenciennes Faubourg-de-Paris, de Denain, de Rouvignies et de Bouchain. Ils servent à des transports de vrac (produits agricoles, métallurgiques, déchets divers) et de colis lourds pour des industriels. Le trafic global de ces cinq quais est estimé à 800 000 tonnes transbordées fluvial/route/ferroviaire.

S’ajoutent à ce dispositif des quais privés spécialisés dans le transbordement de conteneurs maritimes. Le Valenciennois concentrerait ainsi 75 % des trafics régionaux de conteneurs maritimes acheminés selon une combinaison fluvial/route.

Un délégataire. Le syndicat mixte a délégué pour 12 ans l’exploitation du terminal à l’entreprise Contargo North France SAS, qui se présente comme une filiale du groupe européen Contargo qui gère une vingtaine de plates-formes privées ou publiques en Europe. Il est aussi opérateur de services combinés fluvial/route et rail/route.