A CALAIS, LA RÉGION SPECTATRICE D’UNE LUTTE À TIROIRS (1/2)

Le fer et la mer

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 9533 par

La décision d’Eurotunnel de déposer, le 10 avril dernier, un recours contre le contrat de concession portuaire qui doit donner lieu à la plus vaste opération d’investissement dans la région (on parle d’un milliard d’euros) a rallumé les feux sur la Côte d’Opale. Dans un contexte où Eurotunnel pourrait définitivement sortir du maritime (l’affaire MyFerryLink) et où la proximité des élections régionales semble tétaniser les élus, le projet de Calais port 2015 va très probablement prendre du retard. Enquête.

Le siège d’Eurotunnel à Coquelles.

Le siège d’Eurotunnel à Coquelles.

Les affaires maritimes (et ferroviaires) du Calaisis ont pris une ampleur rarement atteinte de mémoire d’expert. Il règne en effet une ambiance tendue entre la CCI Côte d’Opale et la plus grande entreprise de son territoire. On se croirait revenus au temps où les consulaires-portuaires refusaient le Tunnel. Rappel des faits. Mi-janvier, le Conseil régional signe le contrat de concession portuaire qui ouvre le chantier des ports de Calais et Boulognesur-Mer. Doublement du bassin à Calais, construction de nouvelles passerelles, rénovation du port de Boulogne, aménagements nombreux et variés. On parle d’un milliard d’euros sur l’ensemble de l’opération, 650 M e pour Calais (chiffre CCI Côte d’Opale). On se congratule : 2 000 emplois en permanence pendant six ans, 3 000 en direct et induits… Le chômage reculera. Mais voilà, deux mois plus tard, on apprend que Jacques Gounon a déposé un recours contre ce contrat qui fausserait la concurrence. Le raisonnement est connu et cohérent : pourquoi un opérateur de transport (en l’occurrence la CCI régionale) bénéficierait-il d’aides financières et de garanties alors qu’un opérateur privé (Eurotunnel), directement concurrent, en serait dépourvu ? Jacques Gounon le présente ainsi : “Regardons les choses simplement : la CCI est encore riche, l’argent n’a jamais été aussi peu cher et le contribuable devrait prendre le risque qu’un privé ne veut pas prendre pour investir ? Nous, nous n’avons pas de subventions.” Repreneur des navires de SeaFrance, Groupe Eurotunnel les a mis en vente suite à la décision de la justice anglaise de lui interdire l’accès au port de Douvres à partir du 9 juillet prochain. Sa filiale MyFerryLink et son sous-traitant, la Scop des anciens de SeaFrance, jouent leur sort ces prochaines semaines. “Je me souviens bien du moment où nous sommes venus dans le dossier de la reprise de Sea- France. Nous avons été bien seuls et nous avons sauvé plus de 300 emplois, rappelle encore Jacques Gounon. J’ai bien entendu la promesse d’une aide de 15 millions d’euros par le président Percheron lors de la reprise des navires. Mais je n’en ai pas vu le premier.”

Un rendez-vous raté entre portuaire et ferroviaire.

Jacques Gounon, PDG de Groupe Eurotunnel, lors de l’assemblée générale du groupe le 29 avril dernier.

Jacques Gounon, PDG de Groupe Eurotunnel, lors de l’assemblée générale du groupe le 29 avril dernier.

De son côté, le président de la CCI Côte d’Opale qui porte le projet depuis une décennie semble excédé. Son mandat à la tête de la CCI Côte d’Opale a été allongé d’une année afin de lui permettre de lancer les travaux, juste récompense pour sa persévérance et sa décision d’accepter le port de Boulogne-sur-Mer dans l’enveloppe du projet. Qu’en est-il réellement de ce projet ? Le Conseil régional et la CCI Côte d’Opale communiquent depuis longtemps sur ces investissements qui tutoient le milliard d’euros pour les deux ports, dont les deux tiers pour Calais. Tout le monde y met sa contribution : l’Europe, l’Etat, la Région, le département du Nord, la Ville de Calais (l’Agglomération s’est retirée le mois dernier). En février 2012, le Conseil régional lance un appel à candidatures pour une délégation de service public sur l’exploitation des deux ports. Dès le printemps, deux candidatures sont déposées : celle de la CCI et celle d’Eurotunnel. Moins d’une année plus tard, Eurotunnel, fortement sollicité par Daniel Percheron, rejoint l’offre consulaire ? Le même jour, Eurotunnel est condamné par la Competition Commission anglaise à sortir de la ligne maritime Calais-Douvres. La place de l’entreprise franco-britannique est toute marginale dans le montage consulaire. En effet, le groupe privé ne détient que 1% des actions de la société de projet et n’est pas autour de la table de la société d’exploitation, véritable structure opérationnelle et détentrice du contrat de concession… et des droits de port. Jacques Gounon fait dans la litote : “Le monde maritime est un monde fermé.” Serait-ce au point de se désintéresser des navires ? “Les repreneurs potentiels privilégient les navires. Mais il faut une dimension d’exploitation. Malheureusement, il faut s’attendre à des nouvelles désagréables”, a-t-il commenté. Un second round de candidatures est en cours. Celle de la Scop des anciens de SeaFrance est attendue par la direction du groupe.

Un contrat de concession pas encore dévoilé.

L’affaire MyFerryLink pèse sur l’ambiance générale, mais un autre aspect stratégique gâte les relations des acteurs : le financement d’un terminal ferroviaire au port, à quelques kilomètres de celui d’Eurotunnel. “C’est totalement schizophrénique de la part de l’Europe, s’insurge le PDG de Groupe Eurotunnel qui y voit une concurrence soutenue par des fonds publics. Le Conseil régional doit soutenir le projet d’investissement consulaire à hauteur de 270 millions d’euros. Nous nous sommes procurés le contrat de concession des deux ports ; cet exemplaire, d’une centaine de pages en cours d’étude, est très largement caviardé : plus de 60% des pages sont partiellement ou totalement noircies. Aucun chiffre d’investissement, ni de droits de port, ni d’emprunts n’y figure. Les parties liées aux indemnités à verser en cas de manquement sont elles aussi intégralement noircies. On y trouve pour autant assez d’informations pour entrevoir l’ampleur du projet et l’ambition qu’y mettent l’institution consulaire et le Conseil régional. Si Eurotunnel s’estime lésé quand les pouvoirs publics financent un opérateur concurrent, la Région a toute légitimité pour intervenir dans la vie économique de ses équipements. L’emploi marchand n’appartient pas qu’au privé, mais la distorsion putative de concurrence sur le transmanche aurait du faire l’objet d’un gentleman agreement.” Les acteurs de ce dossier à tiroirs ne s’en sont pas (encore) montrés capables. Nous n’avons pas réussi à joindre Jean- Marc Puissesseau, président de la CCI Côte d’Opale et signataire du contrat de concession.

A suivre, dans la prochaine édition de la Gazette Nord Pas-de-Calais : les détails du contrat de concession.