Un nouvel armement à la pêche et de nouveaux chalutiers à Boulogne

Scapêche-Intermarché et Pêcheurs d’Opale créent Scopale

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 9535 par

Le port de Boulogne n’a pas enregistré l’arrivée d’un chalutier neuf depuis le Sainte Catherine Labouré, construit en 2006 par la Socarenam. Le 3 juillet, ce chantier boulonnais va mettre à l’eau un navire pour la patron de pêche Alexis Hagneré, dans le cadre du programme ARPEGE de «chalutier du futur». Parallèlement, un nouvel armement voit le jour en lançant la construction de deux autres bateaux.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

D.R.

De gauche à droite, Fabien Dulon et Sylvain Pruvost (Scapêche), Eric Gosselin et Luc Ramet (Pêcheurs d'Opale).

Déjà présent à Boulogne-sur-Mer avec une usine Capitaine Houat qui emploie 175 collaborateurs et une plate-forme logistique Scamer qui livre quotidiennement 600 points de vente, le groupe Intermarché investit cette fois dans la flotte de pêche artisanale étaploise.

C’est son armement Scapêche qui s’allie avec la nouvelle coopérative Pêcheurs d’Opale pour créer un nouvel armement artisanal, la SAS Scopale. Les statuts ont été officiellement signés le 14 avril au port de Boulogne par les quatre membres du comité de direction de la nouvelle entité : Luc Ramet, président, et Eric Gosselin, directeur général, de Pêcheurs d’Opale ; Sylvain Pruvost, président, et Fabien Dulon, directeur général, de Scapêche.

Deux chalutiers neufs de 16 à 18 mètres vont être commandés d’ici juin pour entrer en exploitation au premier semestre 2016. «Ce seront des navires polyvalents et économes en énergie, armés pour pratiquer à la fois le chalut, la senne danoise et le métier de la coquille Saint-Jacques, précise Eric Gosselin, élu président pour la première année. Nous travaillons également sur des projets de bateaux pratiquant la pêche à la bolinche, à la palangre et au casier.» Une nouveauté à Boulogne.

Scopale sera l’actionnaire majoritaire ; le patron-pêcheur – un jeune de préférence −, l’actionnaire minoritaire. Mais il n’est pas exclu que l’armement historique de Boulogne, le groupe Le Garrec, entre prochainement au capital de la SAS pour l’instant détenue à parts égales par Scapêche et Pêcheurs d’Opale. Les premières constructions sont permises par la récupération des permis de mise en exploitation (PME) des chalutiers Sancta Maria et Sainte Catherine Labouré vendus en 2014. Un troisième PME sera disponible dès que la cession du Kerbulic, désarmé depuis trois ans, sera réalisée.

L’armement d’Intermarché se diversifie. Filiale du Groupement des Mousquetaires, Scapêche est le premier armateur français de pêche fraîche avec un volume de 15 985 tonnes débarqué en 2014. La flotte de 23 navires et ses 250 officiers et marins permettent de couvrir 60% des besoins en produits de la mer du Groupement pour ses points de vente Intermarché et Netto. Pour son directeur, Fabien Dulon, «il est important que Scapêche se diversifie en investissant dans des métiers nouveaux, comme la coquille, et des zones de pêche non travaillées jusqu’à présent». Pour les Mousquetaires, en outre, l’opération sécurise l’accès à la ressource de son outil de mareyage boulonnais. Les espèces pêchées (coquille Saint-Jacques, encornet, cabillaud, sole, seiche, rouget-barbet, hareng…) approvisionneront en priorité les magasins du Groupe, au prix du marché. Le reste sera ouvert aux autres mareyeurs boulonnais.