Scapêche (groupe Intermarché) de plus en plus boulonnais

Le palangrier Héliotrope fait escale dans le Pas-de-Calais

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 9537 par

L’ancien chalutier Héliotrope qui a repris la mer en décembre 2014 à la suite de sa transformation en palangrier automatisé poursuit son expérimentation. En France, c’est le premier navire de cette taille (33,80 mètres) à pêcher à la palangre automatique. Après des marées en mer Celtique et en Ouest-Ecosse, il a mis le cap sur […]

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

D.R.

L’Héliotrope, plus gros palangrier automatisé de la flotte de pêche fraîche française.

L’ancien chalutier Héliotrope qui a repris la mer en décembre 2014 à la suite de sa transformation en palangrier automatisé poursuit son expérimentation. En France, c’est le premier navire de cette taille (33,80 mètres) à pêcher à la palangre automatique. Après des marées en mer Celtique et en Ouest-Ecosse, il a mis le cap sur Nord-Ecosse avant de faire, les 17 et 18 mai pour la première fois, une escale dans le Pas-de-Calais où il a débarqué six tonnes de brosme, julienne et flétan noir destinées à approvisionner les unités locales de Capitaine-Houat et de Scamer, autres filiales du groupe Intermarché.

Les six premiers d’essais mois sont positifs. « On progresse régulièrement, même si on se donne deux ans pour apprendre ce nouveau métier et atteindre la rentabilité souhaitée, confirme le directeur de Scapêche, Fabien Dulon. Il nous faut maintenant gagner du volume. » L’équipage commandé par Luc Le Braz, âgé de 36 ans, profite du retour d’expérience de l’Ile de la Réunion, le palangrier de 54 mètres qui évolue dans les mers australes et antarctiques, mais aussi de spécialistes norvégiens embarqués à bord. «De même, indique Fabien Dulon, on échangera avec les Espagnols de façon à apprendre à pêcher le merlu dans le golfe de Gascogne ». Autre point positif : le poisson gagne en qualité. « Même si on pêche les mêmes espèces qu’au temps du chalut, fait remarquer Luc Le Braz, on ne les reconnaît pas toujours, car leur aspect et leur couleur changent. » Les cours s’en ressentent favorablement. De même, l’Héliotrope ne consomme plus qu’une tonne de carburant par jour au lieu de trois.

D.R.

De gauche à droite, Frédéric Cuvillier, député-maire de Boulogne, Didier Duhaupand, président d’Agromousquetaires, et Fabien Dulon, directeur de l’armement Scapêche.

Un leader de l’agroalimentaire français. L’escale a été l’occasion d’une campagne de promotion du groupe des Mousquetaires, qui a invité tous les responsables et les chefs de rayon poissonnerie de ses magasins Intermarché et Netto du Nord de la France à visiter l’Héliotrope. « Avec la création d’une entité nommée Agromousquetaires, qui pilote désormais les douze filières de production du groupe, nous sommes devenus le 11ème acteur de l’agroalimentaire français en pesant 3,8 milliards de chiffre d’affaires et en employant près de 10 000 salariés », explique le président Didier Duhaupand, propriétaire des supermarchés de Caudry et du Cateau-Cambrésis. Nous sommes le premier fabricant de marques propres en France avec 3 000 produits issus de nos usines : le premier armateur de pêche fraîche en France, mais aussi le premier producteur de couches pour bébé, le deuxième producteur de charcuterie et le troisième conserveur… »

Par ailleurs, cette expérience de pêche diversifiée, durable et responsable a intéressé plusieurs patrons étaplois en quête de reconversion.