Pelforth et Heineken à Mons-en-Barœul

40 ans d’histoire commune

Publié dans l'édition Nord N. 8746 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

D.R.

Le site industriel, qui s'étend sur 22 hectares (10% de la surface de Mons-en-Barœul), est le plus important d'Heineken en France, devant Marseille et Schiltigheim.

Un peu d’histoire. La marque lilloise Pelforth s’est installée à Mons-en-Baroeul en 1975 avant de rejoindre le Néerlandais Heineken en 1986. À l’occasion des 40 ans d’anniversaire, une table ronde a réuni dirigeants du groupe, élus et partenaires avec, au menu du jour, l’impact économique de la marque à l’échelle régionale et ses nouveaux enjeux environnementaux.

«La brasserie, une force de la MEL». Aujourd’hui, la gigantesque brasserie représente 40% de l’emploi régional de l’industrie brassicole et «fait partie de l’ADN de la région» déclare fièrement Philippe Vasseur, président de la chambre de commerce et d’industrie Nord-Pas-de-Calais. Avec 274 salariés à son actif – 500 il y a encore dix ans –, la plus grande brasserie de France produit 132 références et distribue l’ensemble des marques du groupe dont Pelforth, Heineken et Desperados dans toute la France. «La brasserie Heineken constitue la force de la Métropole», résume le vice-président de la MEL.

D.R.

Dirigeants d'Heineken, élus et partenaires du groupe se sont réunis autour d'une table ronde le lundi 21 septembre.

L’enjeu : réduire l’impact environnemental. Depuis 2008, 9 millions d’investissements par an ont été injectés sur le site. Une somme colossale pour réduire son impact environnemental. Ainsi, le volume d’eau (95% d’eau dans la bière) a été réduit de 30% en l’espace de 20 ans. L’optimisation des flux de livraison ont permis de générer moins d’émission de CO(-13,6% en un an), grâce notamment à une production au plus près de la demande. Enfin, 100% des déchets sont réutilisés dans le processus de production. 

Des partenaires locaux fidèles. Les fournisseurs de la Brasserie Ball Packaging (Bierne), spécialisé dans la fabrication de boîtes, et OI (Owens-Illinois), qui produit depuis Wingles des bouteilles de verre (25 cl), sont des acteurs actifs de la chaîne industrielle depuis des années. La brasserie Heineken, qui compte plus de 7 000 clients dans la région, peut s’appuyer sur ses partenaires fidèles pour remplir ses objectifs environnementaux. À commencer par le poids des canettes : Heineken travaille actuellement sur le projet d’un couvercle de canette plus léger. Le but ? Récupérer des tonnes d’aluminium par an…

Marie BOULLENGER