Le Pays du Ternois engagé fermement sur la thématique des circuits courts

Consommer local, un argument de poids pour développer l’économie locale

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 9557 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

D.R.

Le Pays du Ternois compte une quarantaine de producteurs locaux, convaincus de l'intérêt des circuits courts.

Consommer local, promotion des circuits courts, ces notions sont dans l’air du temps et le Pays du Ternois agit dans ce domaine depuis 2013, considérant qu’il s’agit d’un véritable atout de développement économique autant qu’un mode de préservation de l’environnement.

En effet, la structure, qui fédère quatre communautés de communes (l’Auxilois, la Région de Frévent, le Pernois et Les Vertes Collines du Saint-Polois), représentant 104 communes rurales pour un poids démographique de 38 500 habitants, avait procédé, il y a deux ans, à un état des lieux afin d’apprécier l’offre et la demande en matière de produits du terroir. Ainsi, une enquête a été engagée auprès des établissements disposant d’un restaurant collectif, tels que les lycées, collèges ou maisons de retraite. Parallèlement, des entretiens ont été menés auprès des restaurants traditionnels et brasseries, mais aussi des producteurs locaux. Ils sont une quarantaine sur le Pays du Ternois et sont présents sur l’ensemble des filières (viande, fruits et légumes, produits laitiers). Reconnus pour la qualité de leur travail, ces agriculteurs ont souvent opté pour la diversification et ont choisi parfois de s’éloigner des circuits de consommation classiques afin de retrouver une valeur ajoutée plus conforme à leurs aspirations.

Cette étude a révélé que si les producteurs existent en nombre, il manque cependant une structuration afin d’optimiser les circuits courts de consommation. Le Pays du Ternois a souhaité agir afin de pallier cette carence. Il accompagne, par exemple, un projet de légumerie et conserverie engagé par l’ESAT (Établissement et service d’aide par le travail) qui devrait voir le jour à Saint-Michel-sur-Ternoise. En outre, ce projet devrait favoriser l’insertion de personnes handicapées par le travail.

Encourager les projets et communiquer. Autres initiatives, les producteurs via le Pays échangent et devraient se fédérer afin de trouver de nouveaux débouchés. En attendant, les commerces locaux constituent un excellent relais et l’enseigne « Cocotte, épicerie du terroir », installée à Frévent, s’est déjà spécialisée sur le créneau des denrées du cru.

Le Pays du Ternois a aussi participé activement à la construction de la plate-forme régionale web, portée par la Chambre d’agriculture, « Où acheter local ». Au sein de son territoire, il a également opéré un rapprochement entre les producteurs et les restaurateurs. Un salon des producteurs locaux a aussi été proposé au printemps afin de présenter au grand public l’étendue des savoir-faire du secteur. Des animations ont été organisées en direction des scolaires, lors de la Semaine du goût, les enfants constituant un vecteur de choix pour sensibiliser les adultes.

En lien avec le Pays des 7 Vallées, le Pays du Ternois a édité ces derniers jours une brochure qui dresse un inventaire des 54 producteurs locaux recensés sur ces deux territoires. Et 20 000 exemplaires vont être imprimés et distribués auprès des particuliers et des professionnels, dans les mairies, les communautés de communes, les offices du tourisme. D’autres outils de communication vont être réalisés, tels qu’un calendrier des fruits et légumes de saison ainsi que des fiches de recettes. Ces éléments seront diffusés par l’intermédiaire du site web du Pays et de ses partenaires, ainsi que par les réseaux sociaux.