Carrossier constructeur

Delcroix Bapaume innove dans le domaine de la livraison urbaine

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 9557 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

ACT'Presse

Mathias Bourgeois dirige l’entreprise depuis 2007. Après une période d’incertitude, il a su trouver de nouveaux marchés pour relancer l’activité.

L’entreprise Delcroix est plus que centaine. Implantée à la sortie de Bapaume, sur l’axe Arras-Péronne, elle est spécialisée dans la construction de carrosseries frigorifiques et dans les services de maintenance et réparation qui sont associés. «Il s’agit d’une entreprise que j’ai reprise en 2007. Après une phase difficile due à la crise économique que nous venons de traverser, nous renouons avec la croissance», présente Mathias Bourgois, son dirigeant.
Plusieurs facteurs expliquent cette reprise de l’activité. Tout d’abord, «le fait que les collaborateurs soient plus motivés que jamais», puis l’amélioration de la qualité de la production et, enfin, «les dernières affaires que nous avons décrochées en France et en Allemagne». L’entreprise est également portée par le marché prometteur de la livraison urbaine. C’est d’ailleurs dans ce domaine que Delcroix a le plus innové ces dernières années.
«Notre objectif est de faciliter la vie des chauffeurs livreurs. Pour cela, nous améliorons constamment l’ergonomie et la qualité de nos produits», poursuit-il. C’est le cas notamment du Klégé XL, une remorque poids lourd, ou encore la nouvelle version du 3,5 tonnes Klégé Evolution. «Aujourd’hui, nous proposons des produits avec des applications multi-températures, ce qui permet de transporter dans un même véhicule du frais, du surgelé et du sec», précise le dirigeant de l’entreprise.
C’est sur cette dernière version que la société Delcroix s’est réellement démarquée de la concurrence : «L’idée consiste à proposer un véhicule qui puisse effectuer des livraisons en centre-ville, sans bruit.» Pour ce faire, l’entreprise s’est rapprochée d’un spécialiste de la conception de groupes frigorifiques, TMC, à Rungis. Il en résulte un groupe froid 100% électrique, n’émettant que 55 décibels, soit un niveau à peine plus important que le son de la voix lors d’une discussion.

ACT'Presse

La nouvelle version 3,5 tonnes du camion frigorifique est destinée à la livraison en centre-ville. Il s’agit d’un modèle plus silencieux, fonctionnant avec un groupe électrique, donc plus respectueux de l’environnement.

«Techniquement, il s’agit d’un groupe autonome qui fonctionne sur secteur grâce au moteur du véhicule ou de manière autonome sur batteries pendant les livraisons.» Ce nouveau groupe permet d’équiper plus facilement les véhicules et offre donc un gain de productivité. 

En diversification. L’entreprise de 100 salariés, dont le cœur de métier était jusque 2010 la construction de camions frigorifiques, a su évoluer et trouver de nouveaux débouchés. «Nous continuons de faire évoluer nos produits phares et nous dirigeons vers d’autres marchés, notamment celui de la pharmaceutique, du médical et, pourquoi pas, dans les années à venir dans le bâtiment…», énumère Mathias Bourgeois.
A partir de son savoir-faire dans la fabrication des panneaux isolants, l’entreprise s’est aussi lancée dans la production de wagons sur de très grandes longueurs, dans la conception de sas de livraison ou bien encore dans celui de chambres froides.

ACT'Presse

Delcroix est un spécialiste de la construction de véhicules frigorifiques. Ici la remorque d'un 38 tonnes.

Actuellement à la recherche d’investisseurs pour continuer à se développer et se lancer sur de nouveaux marchés, l’entreprise, dont le rayon d’action s’étend sur 600 kilomètres autour de Bapaume, a fait évoluer son outil de production et mis en place un niveau d’exigence élevé. «Aujourd’hui, nous sommes capables de répondre à des demandes très précises, sur mesure, avec des certifications vétérinaires, UTAC, etc.»
Des exigences qui permettent à l’entreprise de réaliser 35% de son chiffre d’affaires à l’export, notamment avec l’Allemagne. « Notre objectif est d’atteindre les 50% d’ici à deux ans.»
Dans les mois à venir, l’entreprise devrait une nouvelle fois faire parler d’elle. Delcroix a en effet décroché un nouveau contrat qui devrait lui permettre d’embaucher entre 10 et 15 personnes. «Nous attendons les conditions optimales pour communiquer, surprendre et lancer officiellement ces nouveaux produits», conclut Mathias Bourgeois. Une affaire à suivre et de très près…